Courfaivre (JU): Une agression sexuelle dix jours avant le drame
Actualisé

Courfaivre (JU)Une agression sexuelle dix jours avant le drame

Malgré une plainte pour agression sexuelle, la justice jurassienne n'a jamais pensé que l'homme allait ensuite tuer sa compagne.

par
jcc/comm
1 / 3
La police a fait une découverte macabre, le lundi 21 octobre dans le village jurassien de Courfaivre.

La police a fait une découverte macabre, le lundi 21 octobre dans le village jurassien de Courfaivre.

vde
Un couple de quadragénaires a été retrouvé sans vie dans la maison familiale.

Un couple de quadragénaires a été retrouvé sans vie dans la maison familiale.

vde
L'homme est un fauconnier connu dans la région.

L'homme est un fauconnier connu dans la région.

kein Anbieter

Dans un communiqué publié vendredi après-midi, le Ministère public jurassien a dévoilé les circonstances qui ont conduit lundi à la découverte des corps sans vie d'un couple à Courfaivre (JU).

Il y est stipulé que, le 13 octobre 2019, la défunte avait déposé plainte contre son conjoint pour une agression sexuelle qui aurait été commise la nuit précédente alors qu'elle aurait été entravée et sous la menace d'une arme. Deux heures après la fin de son audition, son conjoint a été interpellé et entendu sur les faits reprochés qu'il a admis pour l'essentiel tout en les minimisant. Ses armes à feu ont été saisies.

Laissé en liberté

Le lendemain, le prévenu a été entendu par le Ministère public durant plusieurs heures. Il a confirmé ses précédentes déclarations. Etant donné qu'il n'avait pas d'antécédents judiciaires et qu'il n'aurait jamais commis d'acte de violence physique ou sexuel hormis les faits survenus mi-octobre, aucun élément ne laissait penser qu'il passerait à l'acte. Le Ministère public a donc ordonné des mesures de substitution à l'encontre du prévenu, qui s'est engagé à les respecter. L'homme avait notamment l'interdiction de prendre contact avec sa femme et de s'approcher d'elle. Les clés de son domicile lui avaient également été retirées. Il a pris les dispositions pour respecter ces mesures et a quitté le domicile conjugal.

Famille inquiète

Au cours de la même semaine, la famille de la plaignante a joint le Ministère public pour faire part de ses inquiétudes générales sur la situation. Trois jours avant le décès, la future victime a eu pour sa part un entretien avec le greffe du Ministère public. Elle n'a fait part d'aucun élément inquiétant ou faits particuliers.

Le matin des faits, le mari avait prévu de se rendre à la chasse avec un membre de sa famille. Il s'est rendu chez un ami à Courfaivre pour prendre en charge ses chiens de chasse. Il a été vu à 7h30.

Corps sans vie et totalement dénudés

A 7h45, il a appelé son co-équipier de chasse pour l'informer qu'il les rejoindrait dans le courant de l'après-midi. Son véhicule a été retrouvé par la police à proximité du domicile de son ami, avec les chiens de chasse à l'intérieur ainsi que son téléphone portable. A10h15, les corps sans vie totalement dénudés du couple ont été retrouvés au sol, dans une chambre.

Lettre d'adieu

Deux armes blanches ont été retrouvées près des corps. Les défunts présentaient des plaies sur le corps. Ils sont décédés suite à une lésion au cou avec un objet tranchant. L'état des lieux laisse apparaître qu'il y a eu une bagarre à l'étage de la maison. Au surplus, la femme présente diverses coupures de défense sur les mains. Une lettre d'adieu a été retrouvée au domicile des défunts. L'enquête devra déterminer qui en est l'auteur et les raisons pour lesquelles le mari s'est rendu au domicile familial alors qu'il avait pris des dispositions pour se rendre à la chasse.

Depuis les mesures de substitution, il n'aurait plus pris contact avec sa compagne, précise encore le Ministère public. Les investigations techniques devront tenter de déterminer plus précisément la chronologie des faits.

JChC

Ton opinion