Assemblée des Verts: Une agriculture écologique souhaitée
Actualisé

Assemblée des VertsUne agriculture écologique souhaitée

Une «Suisse bio»: c'est le but à long terme que se sont fixés les délégués des Verts samedi lors de leur assemblée à St-Gall, insistant sur une politique agricole écologique.

Ils sont également revenus sur l'élection au Conseil fédéral de mercredi.

Les délégués verts ont chargé la tête de leur parti d'établir un concept pour le «Green new deal» en vue d'un développement économique durable. Le parti a également décidé de lancer une initiative populaire sur le sujet.

Le point de mire du «Green new deal» est la politique agricole, a déclaré la conseillère nationale Maya Graf (BL). Selon la présidente du groupe parlementaire, l'agriculture doit rester multifonctionnelle et continuer à alimenter la population tout en conservant la vie et le paysage.

Agriculture écolo

Après plusieurs heures de discussions, les délégués ont adopté une position en treize points en vue d'une agriculture écologique. Le texte prévoit par exemple que la surface pour l'agriculture biologique soit fortement augmentée.

Les Verts se prononcent aussi contre l'exploitation industrielle des animaux et pour un traitement adapté aux espèces. Selon eux, l'Etat doit davantage soutenir les efforts écologiques des producteurs.

Trois résolutions en lien avec l'agriculture ont été votées. La première rejette l'accord de libre échange entre la Suisse et l'Union européenne. Un autre texte demande que l'agriculture durable soit soutenue au moyen de payements directs. La troisième exige que le bilan énergétique des aliments soit indiqué au moyen d'étiquettes.

Mots d'ordre adoptés

Les délégués ont approuvé à l'unanimité l'initiative «Pour l'interdiction d'exporter du matériel de guerre». L'an dernier, la Suisse a exporté des armes pour une valeur de 722 millions de francs dans 72 pays. C'est un record, a regretté la conseillère nationale zurichoise Marlies Bänziger. «La Suisse ne doit plus pouvoir être complice de guerres globales et de morts».

C'est aussi par un résultat quasi soviétique que s'est soldé le vote sur l'initiative populaire «Contre la construction de minarets». Tous s'y sont opposés et une personne s'est abstenue.

«Nous nous opposons à cette initiative car elle apporte de l'eau au moulin du racisme», a déclaré Basil Oberholzer des Jeunes Verts du canton de St-Gall. Ce texte est en contradiction avec l'Etat de droit et la garantie que chacun puisse pratiquer sa religion sans restriction, a-t-estimé.

Troisième objet soumis au scrutin populaire fin novembre: l'arrêté fédéral sur la création d'un financement spécial en faveur de tâches dans le domaine du trafic aérien. Tous les délégués y ont dit non, sauf une absention.

Ce financement spécial n'est rien d'autre qu'une nouvelle subvention au trafic aérien, a déclaré la conseillère nationale bâloise Anita Lachenmeier.

«Valse de la concordance»

Revenant sur l'élection au Conseil fédéral, le président du parti Ueli Leuenberger a évoqué une «valse de la concordance», que les partis auraient dansé à différents rythmes. «Il est incontestable que les Verts ont droit à un siège au Conseil fédéral», a-t-il déclaré.

La question de savoir si le parti se lancera dans la course lors de la prochaine élection est encore ouverte. Et d'ajouter que le but à long terme est de voir un siège occupé par les Verts et deux par les socialistes.

(ats)

Ton opinion