55e concours de l'Eurovision: Une Allemande de 19 ans l'emporte

Actualisé

55e concours de l'EurovisionUne Allemande de 19 ans l'emporte

L'Allemagne a remporté l'Eurovision 2010 samedi à Oslo pour la première fois depuis 28 ans.

C'est la jeune Lena, âgée de 19 ans, qui devient la deuxième Allemande à être couronnée depuis la création du concours il y a 55 ans. Pour la quatrième fois consécutive, la Suisse était absente de la finale.

Donnée par avance comme une des grandes favorites, la chanteuse, qui vient de passer son bac, a triomphé avec «Satellite». Ce titre entraînant était d'ores et déjà devenu un «hit» dans son pays, où elle était jusqu'alors inconnue du grand public.

«Je n'ai jamais pensé que quelque chose comme ça pourrait m'arriver», a déclaré à la télévision la jeune femme, qui a appris à danser le classique, le jazz et le hip hop dans son enfance. «Absolument choquée», elle a dit ne pas être «suffisamment costaude» pour pouvoir porter son imposant trophée.

Turquie et Roumanie dauphines

La Turquie et la Roumanie sont arrivées respectivement deuxième et troisième à l'issue du vote. Ce dernier combinait suffrage populaire et jurys professionnels à travers l'Europe.

L'Allemagne, qui n'avait jusqu'à présent remporté l'Eurovision qu'une seule fois en 1982 grâce à Nicole et son titre «Ein bisschen Frieden», organisera la prochaine édition du concours.

Une clameur a retenti en Allemagne, aussitôt le verdict connu, à Hambourg ou à Hanovre, ville natale de la jeune chanteuse allemande. Des milliers de fans étaient rassemblés devant des écrans géants, ou encore dans certains bars berlinois qui retransmettaient l'Eurovision en direct.

Stéréotypes effacés

En une semaine, le pays s'est prise de passion pour la fraîcheur et la spontanéité de la jeune femme. Lena a été jusqu'à séduire par ses boutades en réponse aux critiques sur son accent en anglais ou aux questions sur sa vie privée.

Dimanche, la chancelière Angela Merkel a félicité la jeune artiste pour son «super succès». «Lena m'a beaucoup impressionnée par son naturel et sa cordialité. Elle est une expression merveilleuse de la jeune Allemagne», a-t-elle dit au quotidien à grand tirage «Bild» à paraître lundi.

Qu'elle le «veuille ou non», Lena est devenue «l'ambassadrice de notre pays qui a permis, en une nuit et avec sympathie, de faire taire quelques vieux stéréotypes», s'est de son côté réjoui le ministre des affaires étrangères et vice-chancelier Guido Westerwelle.

La presse était à l'unisson. «Lena, tu fais d'un rêve une réalité», proclamait en une de son site internet le tabloïd «Bild- Zeitung», parlant d'une victoire «sensationnelle». «Incroyable! Lena tourne la tête à l'Europe et gagne», titrait de son côté le quotidien régional «Hamburger Abendblatt».

Strass et paillettes au menu

Selon les organisateurs, plus de 120 millions de personnes avaient prévu de suivre à la télévision le grand raout de la chanson populaire, diffusé dans 39 Etats européens mais aussi en Birmanie, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Seul incident de la soirée, un spectateur, identifié comme un Catalan, a réussi à se hisser sur scène alors que l'Espagnol Daniel Diges interprétait «Algo pequenito». Le chanteur a été autorisé à se produire une deuxième fois.

Logique de blocs

Comme chaque année, le vote a été influencé par la logique de blocs: la Grèce a donné ses 12 points à Chypre qui lui a retourné la politesse, la Serbie a attribué les siens à la Bosnie-Herzégovine, et le Bélarus à la Russie. Plus surprenant, la Russie a donné 10 points à la Géorgie, moins de deux ans après qu'une guerre eut opposé les deux pays.

Pour la quatrième fois consécutive, la Suisse était absente de la finale du concours. Le représentant helvétique, le St-Gallois Michael von der Heide, a été éliminé jeudi en demi-finale.

«Satellite», pour l'Allemagne, interprété par Lena

(Source: youtube.com) (afp)

Ton opinion