Actualisé

St Livres (VD)Une altercation se termine par un coup de feu

Un fermier a tiré un coup de feu, samedi, pour intimider deux cyclistes après une altercation verbale. Ceux-ci s'étaient introduits dans l'enceinte de sa ferme à St-Livres (VD), près d'Aubonne.

La police vaudoise a dû faire usage de la force samedi pour maîtriser un paysan de St-Livres, son épouse et leur fils. Auparavant, l'irascible agriculteur avait tiré un coup de fusil de chasse pour intimider deux adeptes anglais de VTT qui avaient pénétré sur sa propriété.

Les deux cyclistes de 38 et 40 ans ont pénétré vers 17h00 dans une clairière où se trouvait une ferme entourée de clôtures électriques. Les sportifs se sont trouvés face au fils du propriétaire qui leur a demandé de quitter immédiatement les lieux. Le propriétaire est également intervenu, menaçant les cyclistes, et une altercation verbale a éclaté.

Peu après, le père est allé chercher un fusil de chasse et a tiré un coup de feu pour les intimider. Les deux sportifs ont quitté les lieux et immédiatement avisé la police via le 117. Personne n'a cependant été blessé.

La police cantonale a alors pris contact téléphoniquement avec le propriétaire de la ferme pour lui demander de se rendre au poste. Devant son refus, un important dispositif policier a été mis en oeuvre.

Vers 19h30, à proximité de la ferme, un véhicule tout-terrain a été intercepté par les gendarmes. A l'intérieur se trouvaient le propriétaire de la ferme, un Suisse de 55 ans, son épouse de 49 ans et leur fils âgé de 25 ans.

Refus d'obtempérer

Les gendarmes ont dû faire usage de la force et de la contrainte pour maîtriser ces trois personnes «oppositionnelles et refusant d'obtempérer», selon le communiqué de police. Elles ont ensuite été conduites au poste. Lors de la perquisition effectuée dans la ferme foraine, les policiers ont trouvé l'arme, un fusil de chasse calibre 12, et de la munition.

Le père a été entendu par le procureur de service pour mise en danger de la vie d'autrui et violences contre fonctionnaires et le fils pour violence contre fonctionnaires. Ils ont été gardés en détention pour la nuit. Les deux cyclistes ont déposé une plainte pénale. Le procureur va adresser au Tribunal des mesures de contrainte une demande de mise en détention provisoire du père.

Cet événement a nécessité l'engagement de huit patrouilles de la gendarmerie et du DARD, ainsi que des inspecteurs de l'Unité judiciaire, de la région judiciaire Ouest et de l'Identité judiciaire de la Police de sûreté.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!