Mexique: Une anarchie de l'eau qui perdure
Actualisé

MexiqueUne anarchie de l'eau qui perdure

Plus de 45'000 logements de la capitale Mexico ne sont pas raccordés au réseau. Et les coupures sont fréquentes chez ceux qui en bénéficient. Du coup, le système D est de rigueur.

par
dmz
1 / 6
Ce sont des camions qui approvisionnent certains quartiers en eau potable.

Ce sont des camions qui approvisionnent certains quartiers en eau potable.

AFP/Yuri Cortez
Les habitants transportent des seaux avec leur réserve quotidienne.

Les habitants transportent des seaux avec leur réserve quotidienne.

AFP/Yuri Cortez
Dans certains endroits, de gros bidons servent de réservoirs.

Dans certains endroits, de gros bidons servent de réservoirs.

AFP/Yuri Cortez

Ceux qui souffrent du manque d'eau ne la gaspillent pour rien au monde. Si je veux de l'eau pour les toilettes, je commence par l'utiliser pour me laver avant de la réutiliser.» Virginia Solis vit avec sa famille à Iztapalapa. Le quartier n'est pas équipé de canalisations. Des camions-citernes viennent l'approvisionner en eau chaque jour, remplissant des récipients de 200 l répartis à travers cette portion de Mexico, la plus pauvre et la plus densément peuplée avec 1,8 million d'habitants.

Sur les 2,5 millions de logements que compte la ville, environ 569'000 subissent des coupures et 45'950 ne bénéficient pas du tout d'accès à l'eau courante. En 2009, les autorités avaient pourtant promis de nouvelles infrastructures. Mais le manque de moyens freine le projet. Les camions, qui devaient être une solution temporaire, sont devenus la norme. Avec tous les risques que cela comporte. «Des personnes montent sur le camion» et l'obligent à aller là où ils veulent, explique Emilio Santos, un des chauffeurs. A plusieurs reprises, les assaillants étaient armés. Si bien que les véhicules sont maintenant escortés par la police.

Nappe phréatique vidée et ville qui s'enfonce

Pour Mauricio Hernandez, directeur technique du système des eaux de la ville, l'urgence est avant tout de lutter contre le gaspillage. Chaque habitant consomme en moyenne 250 litres par jour. C'est le double que dans d'autres villes du pays.

La capitale ne s'étend que sur une partie de la vallée de Mexico, où vivent 21 millions de personnes. Durant des dizaines d'années, la nappe aquifère a été surexploitée, si bien que dans certaines zones de la ville, construite sur des marais, le sol s'enfonce de 2 à 30 cm par an. Finalement, il a été décidé d'acheminer de l'eau depuis l'Etat de Michoacan, à 300 km de là. Un peu plus des deux tiers de la consommation de la ville en provient. Mais 40% se perd à cause de fuites. (dmz/afp)

Ton opinion