Suisse: Une application pour sauver des vies en cas de chutes

Publié

SuisseUne application pour sauver des vies en cas de chutes

Une start-up de Cham (ZG) a développé un produit en cas de chutes graves à domicile. En se basant sur un détecteur et une application, il émet un appel d’urgence quand quelqu’un tombe.

Les utilisateurs peuvent définir les contacts à prévenir.

Les utilisateurs peuvent définir les contacts à prévenir.

20min/Matthias Spicher

Les chutes à domicile sont la cause d’accident la plus fréquente en Suisse, selon l’assureur-accident Suva. Sedimentum, une start-up de Cham (ZG), a voulu faire quelque chose contre ces chutes à domicile. Elle a développé une solution permettant d’alerter des contacts sélectionnés lorsqu’une personne tombe chez elle.

Cette solution nécessite un détecteur de chute installé au plafond et une application correspondante. Cette dernière alerte les proches en cas d’urgence – sans que l’on ait à faire quoi que ce soit. Si ces derniers ne réagissent pas, l’appel est alors redirigé vers la centrale d’appel d’urgence de la start-up. «Il est ainsi possible de raccourcir de manière décisive le délai entre la chute et l’intervention des secours», estime la start-up.

Le système créé par la start-up – qui a levé 2,1 millions de francs auprès d’investisseurs en août dernier et 3,3 millions supplémentaires en avril – est capable d’éviter les fausses alertes, par exemple quand un enfant tombe plusieurs fois. «L’alarme ne se déclenche que si la personne qui est tombée est seule à la maison», explique Eugénie Nicoud, cofondatrice et COO de Sedimentum

Sauver des vies

Fonctionnant indépendamment de l’âge, de la taille et de la position des gens, la solution est «précieuse pour les personnes qui souffrent de troubles médicaux, d’addictions ou d’épilepsie», poursuit-elle. Selon la cofondatrice, une telle solution permet de sauver des vies: «les personnes qui tombent chez elles et qui ne sont pas détectées sont en grand danger. Les jeunes en sont également conscients: ils contactent souvent la start-up parce qu’ils s’inquiètent pour leurs parents ou leurs grands-parents», affirme-t-elle

Pour Michael Lehmann, informaticien médical à la Haute école spécialisée de Berne, «la solution a du potentiel». En proposant une solution sans montre ni bracelet que l’on doit porter sur soi, Sedimentum correspond aussi à l’esprit du temps.

Bien que l’entreprise conserve les données uniquement en Suisse et que sa solution ne soit pas intrusive, M. Lehmann rappelle que «les gens n’aiment pas se sentir surveillés» et que cela pourrait s’avérer un risque pour les affaires de la start-up.

Surveillance de la santé dans les habitations

(mur/aze)

Ton opinion

5 commentaires