Saint-Gall: Une arme n'est pas un bon sujet de travaux pratiques

Publié

Saint-GallUne arme n'est pas un bon sujet de travaux pratiques

Un cours pour apprentis prévoyait la fabrication d'un pistolet. Ce choix a provoqué un tollé. Résultat: le projet a avorté.

par
vro/jbm
Bosser en équipe sapprend. Mais faire un pistolet, même gadget, a du mal à passer.

Bosser en équipe sapprend. Mais faire un pistolet, même gadget, a du mal à passer.

Des polymécaniciens et des constructeurs de machines en formation devaient construire, par équipes de deux, une arme-jouet dans le cadre de leurs cours. Mais cette idée a créé l'émotion dans une école professionnelle de Buchs (SG) et le projet a été abandonné. Des parents se sont inquiétés du choix de cette réalisation. «Je suis choqué, car dans le village sont accueillis de nombreux réfugiés qui fuient leur pays précisément à cause des armes», confie un témoin.

Pourtant, les consignes étaient claires afin d'assurer la sécurité: le pistolet ne pouvait être réalisé que dans l'enceinte de l'école. Il devait être compatible avec les projectiles en mousse de la marque Nerf (méd.). De plus, «le pistolet devait pouvoir être manipulé d'une seule main et avoir une précision à une distance de 5 mètres». Une autre consigne de l'école précisait «que l'énergie nécessaire pour faire partir le projectile devait être produite mécaniquement par l'arme elle-même, sans apport extérieur, par exemple un compresseur à air ou encore un moteur.»

Benedikt Heeb, directeur de l'école, a reçu de nombreuses réactions négatives. Il précise que le choix de ce travail avait fait l'objet de vastes discussions à l'interne. Devant le tollé provoqué, il a décidé de stopper le projet. «Un sujet de remplacement sera développé ces prochains jours avec les élèves, mais je n'en connais pas encore la teneur», a-t-il indiqué.

Ton opinion