Drame de Melilla: «Une attaque contre l’intégrité territoriale de l’Espagne»

Publié

Drame de Melilla«Une attaque contre l’intégrité territoriale de l’Espagne»

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a accusé samedi des «mafias qui se livrent au trafic des êtres humains», après l’assaut qui a coûté la vie à au moins 18 migrants la veille. 

«S’il y a un responsable de tout ce qui s’est produit à la  frontière, ce sont les mafias qui se livrent au trafic d’êtres humains», a déclaré Pedro Sánchez. 

«S’il y a un responsable de tout ce qui s’est produit à la frontière, ce sont les mafias qui se livrent au trafic d’êtres humains», a déclaré Pedro Sánchez. 

AFP/DR

Le drame survenu vendredi à Melilla, lorsque près de 2000 migrants africains ont tenté de pénétrer par la force dans cette enclave espagnole située en territoire marocain, était «une attaque contre l’intégrité territoriale» de l’Espagne, a affirmé samedi le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez.

Lourd bilan humain 

Selon un dernier bilan fourni par les autorités marocaines, au moins dix-huit migrants ont péri dans la bousculade, que Pedro Sánchez, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Madrid, a imputé aux «mafias qui se livrent au trafic des êtres humains».

AFP

Melilla est, avec la ville voisine de Ceuta, une des deux enclaves espagnoles situées sur la côte nord du Maroc, ce qui fait de leurs frontières les seules frontières terrestres de l’UE sur le continent africain. Les deux villes font face depuis des années à des tentatives d’entrée de la part de milliers de migrants africains qui cherchent à rejoindre Europe.

«Assaut violent et organisé»

Pedro Sánchez a condamné ce qu’il a qualifié d’«assaut (...) violent et organisé de la part de mafias qui se livrent au trafic d'êtres humains contre une ville qui est un territoire espagnol». «Par conséquent, il s’est agi d’une attaque contre l’intégrité territoriale de notre pays», a ajouté le Premier ministre socialiste.

Le chef du gouvernement espagnol a également souligné que «la gendarmerie marocaine avait travaillé en coordination avec les forces de sécurité (espagnoles) pour repousser cet assaut si violent dont nous avons été témoins» vendredi. «S’il y a un responsable de tout ce qui s’est produit à la frontière, ce sont les mafias qui se livrent au trafic d’êtres humains», a-t-il déclaré.

(AFP)

Ton opinion