Actualisé 07.04.2017 à 10:54

Frappes américaines en Syrie«Une attaque fondée sur des prétextes inventés»

Après les frappes américaines sur une base militaire en Syrie qui ont fait plusieurs morts, les avis de politiciens affluent des quatre coins du monde.

1 / 15
Au moins quatre soldats syriens ont été tués vendredi par les frappes américaines en Syrie.

Au moins quatre soldats syriens ont été tués vendredi par les frappes américaines en Syrie.

AP/Robert S. Price
Elles ont également «détruit presque totalement» la base aérienne du régime qui était visée, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Elles ont également «détruit presque totalement» la base aérienne du régime qui était visée, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

/U.s. Navy
Donald Trump a déclenché des frappes contre la Syrie en riposte à une attaque chimique présumée imputée à Damas, qui a fait des dizaines de morts mardi. Le bombardement a eu lieu peu après un nouvel échec du Conseil de sécurité à se mettre d'accord.

Donald Trump a déclenché des frappes contre la Syrie en riposte à une attaque chimique présumée imputée à Damas, qui a fait des dizaines de morts mardi. Le bombardement a eu lieu peu après un nouvel échec du Conseil de sécurité à se mettre d'accord.

/U.s. Navy

Le président russe Vladimir Poutine considère les frappes américaines contre la Syrie comme une «agression contre un Etat souverain» se fondant «sur des prétextes inventés», a déclaré vendredi le Kremlin, cité par les agences de presse russes.

L'offensive américaine intervient après l'attaque à l'arme chimique qui aurait été commise mardi par les troupes pro-Assad contre le village de Khan Cheikhoune dans la province d'Idleb faisant 86 morts, dont 27 enfants.

Vladimir Poutine avait déjà jugé jeudi «inacceptable» d'accuser sans preuve le régime de Damas d'être responsable de cette attaque qui a provoqué l'indignation internationale.

Pour mieux comprendre les événements survenus cette semaine, voici une infographie complète de l'AFP:

Détourner l'attention

Pour le président russe, «les frappes américaines en Syrie sont une tentative de détourner l'attention de la communauté internationale loin des nombreuses victimes civiles en Irak», où des raids aériens contre l'organisation Etat islamique (EI) à Mossoul ont tué des dizaines de civils fin mars, a affirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes.

«Du point de vue de Poutine, ignorer complètement les faits concernant l'usage par les terroristes d'armes chimiques aggrave considérablement la situation», a déclaré M. Peskov.

Une attaque? Un prétexte!

Quant à lui, l'Iran «condamne vigoureusement» les frappes américaines, selon Bahram Ghassemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, cité par l'agence Fars.

«Nous condamnons toute action unilatérale et l'attaque (...) contre la base aérienne d'Al-Chaayrate sous prétexte d'une attaque chimique suspecte mardi à Khan Cheikhoun», a déclaré M. Ghassemi.

Cette attaque ne fera qu'«aider les groupes terroristes qui sont en déclin et compliquer encore la situation en Syrie et dans la région», a-t-il ajouté. Le régime syrien et ses alliés iranien et russe qualifient de «terroristes» tous les groupes armés rebelles et jihadistes en Syrie.

Le lancement des missiles américains en vidéo:

Les Etats-Unis bombardent une base militaire

Les Etats-Unis ont frappé jeudi une base aérienne syrienne en réponse à l'attaque chimique attribuée au régime de Bachar al-Assad.

Le soutien de Londres

La Grande-Bretagne soutient quant à elle pleinement l'initiative militaire américaine. C'est de là qu'auraient été lancées mardi des attaques à l'arme chimique contre le village de Khan Cheikhoune, a déclaré un porte-parole du Gouvernement britannique vendredi.

«Le Gouvernement britannique soutient totalement l'action américaine que nous estimons être une réponse appropriée à l'attaque barbare à l'arme chimique lancée par le régime syrien et qui a pour but de dissuader de nouvelles attaques», a déclaré le porte-parole du 10 Downing Street.

Deux navires de la marine américaine ont tiré plusieurs dizaines de missiles de croisière depuis la partie orientale de la Méditerranée contre une base aérienne contrôlée par les forces du régime syrien.

La Turquie, elle, considère les frappes américaines en Syrie comme «positives».

Israël soutient le «message fort» de Trump

Israël a apporté son soutien «total» aux frappes des Etats-Unis. Il s'agit d'un «message fort» que devraient entendre l'Iran et la Corée du Nord, selon le bureau du Premier ministre Benjamin Nétanyahou informé à l'avance de l'opération.

«Israël soutient totalement la décision du président Trump et espère que ce message de détermination face aux agissements ignobles du régime de Bachar al-Assad sera entendu non seulement à Damas, mais aussi à Téhéran, Pyongyang et ailleurs», selon son communiqué.

Un message fort et clair

«Par la parole et par les actes, le président Trump a délivré un message fort et clair: on ne tolérera pas l'usage et la propagation des armes chimiques», dit le communiqué.

Une porte-parole militaire a pour sa part indiqué que l'armée israélienne avait «été informée à l'avance par les Etats-Unis de l'attaque en Syrie qu'elle soutient totalement».

M. Nétanyahou avait appelé cette semaine à l'action de la communauté internationale pour éliminer les armes chimiques en Syrie.

Grand allié des Etats-Unis

Israël, grand allié des Etats-Unis, suit avec la plus grande attention les événements chez son voisin syrien. Les deux pays restent officiellement en état de guerre. Le régime syrien est soutenu dans sa bataille contre les rebelles par le Hezbollah libanais et l'Iran, deux grands ennemis d'Israël.

Ryad soutient «complètement»

En Arabie saoudite, un important allié des Etats-Unis au Moyen-Orient, un responsable au Ministère des affaires étrangères a assuré que son pays «soutenait complètement» les frappes américaines.

Ce responsable, cité par l'agence officielle saoudienne, a tenu le régime syrien pour «responsable de ces opérations militaires» à cause «de ses crimes odieux depuis des années contre le peuple syrien» et a qualifié de «courageuse» la décision de Donald Trump de frapper en Syrie.

Mercredi, l'Iran avait «condamné vigoureusement toute utilisation d'armes chimiques quels que soient les responsables et les victimes», mais avait également insisté sur la nécessité de procéder au «désarmement chimique des groupes armés terroristes» en Syrie.

Téhéran apporte un soutien financier et militaire au régime du président Assad et accuse régulièrement des pays occidentaux et arabes de favoriser les insurgés en Syrie.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!