Monténégro - Une autoroute à un milliard qui ne mène «nulle part»
Publié

MonténégroUne autoroute à un milliard qui ne mène «nulle part»

Au Monténégro, une autoroute franchit gorges et canyons mais, pour l’heure, ne mène nulle part. Et ce chantier à un milliard de dollars menace de faire dérailler l’économie du pays.

L’autoroute ne mène à rien mais coûte très cherAFP

Après six années de travaux, le petit village tranquille de Matesevo, au Monténégro, constitue le terminus improbable d’une route parmi les plus coûteuses au monde. En 2014, le pays candidat à l’Union européenne a contracté un emprunt de 944 millions de dollars (848 millions de francs) auprès d’une banque chinoise pour la réalisation, par la compagnie chinoise CRBC, d’un premier tronçon d’une quarantaine de kilomètres.

«La construction est impressionnante et on ne doit pas s’arrêter là», dit Dragan, 67 ans, retraité à Matesevo. «Ce serait comme acheter une voiture coûteuse et la laisser au garage.»

130 kilomètres à finir

La portion d’autoroute reliant Matesevo et la banlieue de Podgorica, la capitale du Monténégro, doit être inaugurée en novembre. Mais le pays de 600’000 habitants devra encore trouver plus d’un milliard d’euros (plus de 1,1 milliard de francs) pour réaliser les 130 kilomètres nécessaires à l’achèvement de l’ouvrage.

Les adversaires du projet dénoncent aussi les dégâts sur l’environnement et la possible corruption autour d’un projet destiné à connecter, vers le sud, la ville adriatique de Bar et, vers le nord, la frontière serbe, puis in fine Belgrade.

Une maison de poupées

Les habitants de Matesevo, village situé au bord de la rivière Tara, classée au patrimoine de l’Unesco, avec la gorge la plus profonde d’Europe, essayent de voir le bon côté des choses. «Pour nous, il y a des aspects positifs. Certains ont réussi à vendre leur terrain et à partir, ce qui était impossible avant», dans une région pauvre où l’émigration est élevée, comme ailleurs dans les Balkans, déclare un villageois.

Désormais, les piliers géants de l’autoroute surélevée surplombent sa maison et la font ressembler à une maison de poupées. «J’ai réussi à vendre des légumes et des poulets aux ouvriers» chinois, dit-il, assurant également que les tonnes de terre déversées par le chantier ont consolidé les rives de la Tara contre les inondations.

1 / 8
Le gouvernement monténégrin reconnaît que les revenus escomptés par les péages ne suffiraient même pas à assurer la maintenance de l’autoroute, estimée à près de 85 millions de francs.

Le gouvernement monténégrin reconnaît que les revenus escomptés par les péages ne suffiraient même pas à assurer la maintenance de l’autoroute, estimée à près de 85 millions de francs.

AFP
Il reste 130 kilomètres pour achever l’ouvrage.

Il reste 130 kilomètres pour achever l’ouvrage.

AFP
La portion d’autoroute reliant Matesevo et la banlieue de Podgorica, la capitale du Monténégro, doit être inaugurée en novembre.

La portion d’autoroute reliant Matesevo et la banlieue de Podgorica, la capitale du Monténégro, doit être inaugurée en novembre.

AFP

Emprunt difficile à rembourser

Personne ne sait comment rembourser l’emprunt chinois, qui représente un cinquième de la dette étrangère monténégrine. La première échéance tombe en juillet, dans un pays où le PNB s’élevait à moins de cinq milliards d’euros (5,5 milliards de francs) avant le coronavirus. En cas de défaillance, une commission d’arbitrage à Pékin pourrait contraindre le Monténégro à céder la gestion d’infrastructures majeures, selon une copie du contrat.

Pékin a été mis en cause, ces dernières années, pour avoir pris au «piège» de la dette des pays où il mène des infrastructures titanesques, dans le cadre de ses Nouvelles Routes de la soie. La Chine dément vouloir accroître son influence dans les Balkans par le biais de ses investissements. «Cette coopération est mutuellement bénéfique, c’est du gagnant-gagnant», assure l’ambassade de Chine au Monténégro. «En plaquant des étiquettes négatives sur les investissements chinois, c’est non seulement injuste pour la Chine, mais aussi manquer de respect aux pays des Balkans.»

L’UE appelée à l’aide

En attendant, le Monténégro est inquiet. «Si on ne trouve pas des sources de financement sur lesquelles s’appuyer, on aura des gros problèmes», déclare le ministre des Infrastructures, Mladen Bojanic. «On aura à assumer un lourd fardeau.»

Le gouvernement a lancé un SOS à Bruxelles, qui étudie «les moyens d’aider», mais «n’a pas vocation à rembourser des prêts contractés auprès de tiers», selon le commissaire à lÉlargissement, Oliver Varhelyi.

Route «aventureuse»

Le projet avait été lancé par le Parti des démocrates socialistes (DPS) du président Milo Djukanovic, passé dans l’opposition fin 2020, après trois décennies de règne. A l’époque, Mladen Bojanic avait ferraillé dur contre la route, qualifiée d’«aventureuse». Des ONG comme Mans parlent de corruption, déclarant que plus d’un tiers des entreprises monténégrines impliquées avaient partie liée avec le DPS.

Il n’y a pas eu d’appel d’offres public, les travaux ne sont pas transparents, selon Dejan Milovac, responsable de l’ONG. «Les décisions ont été prises à l’abri des regards, et c’est ce que ne nous payons aujourd’hui.» Le gouvernement a promis d’enquêter.

Les écologistes sont vent debout contre les dommages infligés au lit de la Tara, même si la CRBC s’est engagée à le remettre en état sur quelques centaines de mètres. La route vise à favoriser le tourisme et développer des régions pauvres en raccourcissant les trajets à travers des paysages somptueux, mais accidentés.

Chers péages…

Aujourd’hui, le gouvernement reconnaît que les revenus escomptés par les péages ne suffiraient même pas à assurer la maintenance, estimée à 77 millions d’euros annuels (près de 85 millions de francs). «Il faudrait au moins 22’000 ou 25’000 véhicules quotidiens pour rentabiliser l’autoroute», soit largement plus que le trafic attendu, explique Ivan Kekovic, un ingénieur qui s’est retiré du projet.

Zelko Rajkovic, 55 ans, enseignant dans la station de ski de Kolasin, près de Matesevo, confirme. Prendre l’autoroute pour aller jusqu’à la capitale serait plus sûr et diviserait le temps de trajet par trois. Mais cela coûterait cher en péages. «Je prendrai la nouvelle route seulement s’il y a une grosse tempête ou une urgence»

(AFP)

Ton opinion

167 commentaires