Vaud: Une baby-sitter perverse écope de 5 ans de prison
Actualisé

VaudUne baby-sitter perverse écope de 5 ans de prison

Le Tribunal criminel de Lausanne a condamné une nounou à 5 ans de prison. Il l'a reconnue coupable notamment d'actes sexuels sur un enfant. Le Ministère public, qui avait requis dix ans, fera appel.

par
Benjamin Pillard/ats
Arrivée libre au tribunal cet après-midi, la nourrice de 37 ans a été immédiatement incarcérée à l'issue du verdict.

Arrivée libre au tribunal cet après-midi, la nourrice de 37 ans a été immédiatement incarcérée à l'issue du verdict.

Le Matin

Incarcérée durant trois mois après son arrestation survenue à l'automne 2016, Carolina* (37 ans) retournera durablement derrière les barreaux. 5 ans de prison ferme, assortis d'un traitement psychothérapeutique ambulatoire, ont décidé à l'instant les cinq juges du tribunal criminel de Lausanne.

Cette nourrice brésilienne avait fini par admettre les accusations portées à son encontre par un écolier alors âgé de 9 ans, qui avait sombré dans la dépression après avoir été traité de menteur. «Moi, je me suis fait agresser par ma nounou», avait spontanément déclaré le petit Roman* en plein cours d'éducation sexuelle. «Je ne savais pas que ce n'était pas normal», a-t-il expliqué aux enquêteurs de la police lausannoise.

La trentenaire perverse a reconnu avoir contraint «plusieurs dizaines de fois» le garçon (alors âgé de 4 à 6 ans) à la rejoindre sur le lit de sa mère - tous deux nus -, avant de lui faire prendre sa douche. Carolina tirait alors Roman par les fesses de manière à ce que le sexe de l'enfant frotte le sien, et ce durant environ 5 minutes, une à quatre fois par semaine.

La Brésilienne - expertisée comme déviante et au risque de récidive établi - a cependant toujours nié s'être servi de l'écolier pour la pénétrer, contrairement à ce qu'affirme le jeune plaignant (aujourd'hui âgé de 11 ans et toujours suivi par une psychologue). Tout comme d'avoir parfumé la chambre après les abus.

La Cour a cru Roman sur parole, et ordonné la réincarcération immédiate de la nounou (laquelle aspire à s'occuper à l'avenir de personnes âgées, étant interdite de travailler avec des enfants pendant 10 ans). Indépendamment du délai qui lui est imparti pour recourir contre ce jugement.

Carolina devra verser 15'000 fr. à la victime à titre de tort moral, et 9000 fr pour les frais d'avocat du garçon, conseillé par Me Coralie Devaud. La nourrice a également été condamnée à 38'000 fr. de frais de justice.

Le procureur Jérémie Müller, qui avait requis 10 ans de réclusion, a d'ores et déjà annoncé qu'il fera appel afin d'obtenir une condamnation plus lourde. L'avocat de la défense, Me Nicolas Mattenberger, devra en discuter avec sa cliente avant de se prononcer.

* Prénoms d'emprunt

Ton opinion