Vaud: Une blagounette salace qui coûte la peau des fesses
Publié

VaudUne blagounette salace qui coûte la peau des fesses

Un journal satirique paraissant à l’occasion des Brandons de Moudon avait évoqué une relation extra-conjugale ayant débouché sur une grossesse. L’homme mis en cause a saisi la justice, qui lui a donné raison.

La publication satirique des Brandons de Moudon n’avait pas fait rire un homme qui entretenait une relation extra-conjugale.

La publication satirique des Brandons de Moudon n’avait pas fait rire un homme qui entretenait une relation extra-conjugale.

DR

«Cherche table à langer, poubelle à Pampers, babyphone et surtout capotes. Bon prix offert si livré avec mode d’emploi…» Cette publication parue dans le «Journal des Brandons de Moudon» de 2018 avait fait sursauter un homme marié dont la maîtresse était enceinte. L’amant, dont certains éléments de l’article pouvaient permettre l’identification, avait saisi la justice pour atteinte à l’honneur. Selon «24 heures», il vient d’obtenir partiellement gain de cause, après un petit yoyo judiciaire.

Tout d’abord, le Ministère public a voulu classer l’affaire car il s’agissait d’un «journal à vocation satirique, que la formulation de l’écrit litigieux ne permettait pas à un lecteur non prévenu d’identifier la personne visée…» Mais l’amant n’en a pas démordu: il a saisi le Tribunal cantonal. Les juges ont alors ordonné au procureur de reprendre l’instruction. Pour finir, l’auteur de l’annonce satirique a été reconnu coupable de diffamation, en août 2020. Le prévenu s’étant opposé à l’ordonnance pénale, l’affaire devait être tranchée au Tribunal. Mais après conciliation, plaignant et accusé ont fini par trouver un terrain d’entente. Le premier a retiré sa plainte et le second va lui verser une compensation de 5000 francs et devra supporter les frais de justice liés à l’affaire.

(apn)

Ton opinion

153 commentaires