Coupe Victoria: Une bouffée d'oxygène pour le hockey suisse
Actualisé

Coupe VictoriaUne bouffée d'oxygène pour le hockey suisse

Vainqueurs de la Coupe Victoria face aux Chicago Blackhawks (2-1), les Lions de Zurich ont offert un nouveau morceau de bravoure à l'Europe. Les Zurichois ont également redoré l'image du hockey helvétique après le naufrage de Davos la veille.

Les Zurichois ont prouvé qu'il était possible de rivaliser avec une franchise de la NHL à condition d'appliquer une tactique défensive disciplinée et de s'y tenir. Les Suisses rendaient bien 10 kg en moyenne à leurs adversaires. Il n'était dès lors guère possible d'attaquer frontalement les Blackhawks. Davos a voulu faire fi de toute prudence défensive et s'est retrouvé dépourvu sur les contres américains.

Les Lions ont d'ailleurs beaucoup impressionné le coach national Ralph Krueger en appliquant un style qui lui est cher. «Les Zurichois étaient très bien préparés. Ils ont travaillé de manière incroyable en équipe», s'enthousiamait le Canado-Allemand, qui avait conduit la Suisse à la victoire face au Canada (2-0) aux Jeux de Turin de la même manière.

La large défaite (2-9) concédée la veille par les champions de Suisse a, paradoxalement, facilité la tâche des Lions de Zurich. Chicago s'est permis de sous-estimer son adversaire. «Le match contre Davos était encore dans nos têtes au moment d'affronter Zurich, relevait Joel Quenneville, l'entraîneur des Blackhawks. De surcroît, après le 1-0, nous avons voulu jouer trop beau. Un peu de simplicité aurait prévalu.» De son côté, Cristobal Huet faisait preuve d'une grande sportivité. «Le succès des Lions ne se discute pas. Ils étaient prêts, pas nous», soulignait l'ancien portier de Lugano, incapable pour la troisième fois, de remporter un titre face aux Zurichois.

Monnet s'éclate

Avec Ari Sulander, Patrik Bärtschi ou l'étonnant jeune défenseur Philippe Schelling, Thibaut Monnet fut l'un des Zurichois les plus en vue de la soirée. Le Valaisan s'est régalé des espaces laissés par les Américains au centre de la patinoire. «Nous savions que nous avions un bon coup à jouer sur des contres», relevait l'international. L'Octodurien ne se faisait pas prier à la 13e minute lorsqu'il réussissait une superbe sortie de zone pour lancer au millimètre Bärtschi sur l'égalisation à 1-1.

Pourtant, plus tôt dans la journée, l'issue de cette finale intercontinentale n'était pas évidente. «Nous avions tous vu Davos se faire laminer par les Blackhawks. Les mines étaient tirées mardi à l'échauffement du matin. Mais notre entraîneur Sean Simpson nous a recadrés. Il nous a expliqué que les Grisons ne s'y étaient pas pris de la meilleure des manières. Nous avions nos chances si nous appliquions ses consignes», précise Monnet.

L'activité internationale des Lions de Zurich s'arrêtera à un match cette saison. Cela signifie que Monnet et ses coéquipiers vont désormais se consacrer à plein temps au championnat de Suisse. La saison dernière, les Zurichois avaient laissé leurs forces - «surtout mentales» dixit Monnet - dans la conquête du titre européen. Un Fribourg Gottéron bien en jambes les avaient boutés hors des play-off en quatre matches lors des quarts de finale. Aujourd'hui, le team de Simpson se profile clairement comme le candidat numéro un au titre.

(ats)

Ton opinion