Actualisé 08.03.2011 à 17:42

Université de ZurichUne caméra vidéo espionnait les toilettes

Pour mettre la main sur un tagueur, un employé de la sécurité de l'Université de Zurich a installé une caméra dans les toilettes pour hommes. Les étudiants s'en offusquent.

de
rga
Des actes de vandalisme dans les toilettes pour hommes ont incité un employé de sécurité à y installer une caméra de surveillance.

Des actes de vandalisme dans les toilettes pour hommes ont incité un employé de sécurité à y installer une caméra de surveillance.

Depuis plus d'un an, l'Université de Zurich tente de combattre le fléau des tags sur son campus de l'Irchel. Rien que pour nettoyer les murs des bâtiments universitaires, 50'000 francs ont été dépensés en 2010. Les toilettes pour hommes du bâtiment 11 sont particulièrement visées par les tagueurs. C'est la raison pour laquelle une caméra de surveillance y a été installée. Beat Müller, le porte-parole de l'université, précise que la caméra était pointée en direction de la porte uniquement. «Elle ne faisait que filmer lorsque quelqu'un entrait ou sortait», précise-t-il.

Cette surveillance a fortement déplu à un étudiant. Il a extrait la caméra de sa cachette dans le plafond et s'est plaint auprès de la direction de l'université. En février, la caméra a été retirée.. «Cette pratique est inacceptable et regrettable. L'université regrette vivement cet incident et s'excuse auprès de toutes les personnes concernées», estime Beat Müller. Les responsables seront poursuivis. Mais Müller ajoute que la caméra a parfaitement rempli son rôle puisque le tagueur indélicat a pu être identifié. Les séquences vidéo ont été transmises à la police municipale.

Marco Cortesi, le chef de l'information de la police, confirme: «Nous vérifions actuellement si nous pouvons utiliser ces images contre l'auteur des tags et cherchons à savoir si ces prises sont légales ou non». Les directives zurichoises en matière de protection des données précisent que seule la police est habilitée à installer des caméras vidéo pour obtenir des preuves. Cependant, l'université a le droit de se servir de ces moyens techniques pour combattre le vandalisme dans ses locaux.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!