Corée du Sud: Une caricature suscite la fureur du parti au pouvoir

Actualisé

Corée du SudUne caricature suscite la fureur du parti au pouvoir

Le parti au pouvoir a menacé de traîner en justice un artiste qui a représenté la candidate du parti conservateur en train d'accoucher d'un bébé ayant les traits de son père, un ancien président-dictateur.

La peinture a été réalisée par un artiste de gauche, Hong Sung-Dam.

La peinture a été réalisée par un artiste de gauche, Hong Sung-Dam.

La peinture, réalisée par un artiste de gauche, Hong Sung-Dam, montre Park Geun-Hye, une célibataire de 50 ans, donnant naissance à un enfant ressemblant au père de la candidate du Parti de la nouvelle frontière (conservateur, au pouvoir actuellement).

Le nouveau-né porte les lunettes de verres fumées prisées par le dictateur assassiné en 1979, Park Chung-Hee.

«L'art, lorsqu'il est utilisé pour la propagande politique, n'est plus de l'art. Le tableau me fait penser à (Joseph) Goebbels qui a massacré nombre de juifs en utilisant la propagande politique pour les nazis», a déclaré à la presse Kwon Young-Se, un responsable du parti conservateur.

«Nous allons prendre toutes les actions légales possibles contre la peinture de Hong, au nom de non seulement Park Geun-Hye, mais de toutes les femmes», a-t-il ajouté, estimant que ce tableau dénigrait «le moment le plus sacré de la vie d'une femme».

L'artiste, dont l'oeuvre est accrochée dans une exposition critique consacrée aux années sous Park Chung-Hee (1961-1979), a balayé les reproches des conservateurs.

Son tableau est un commentaire satirique sur l'influence que continue d'avoir Park, après sa mort, sur la vie politique sud-coréenne, a indiqué l'artiste.

«Si un tableau comme celui-ci devait être puni par la loi, alors toutes les caricatures dans un journal devraient être sanctionnées, quasiment chaque jour», a déclaré Hong Sung-Dam à l'AFP mardi.

Le peintre a été emprisonné de 1989 à 1992, pour avoir loué la Corée du Nord et espionné pour son compte. Ces aveux lui ont été extorqués sous la torture, selon lui. La Cour suprême l'avait ensuite blanchi de la plupart de ces accusations.

Park Chung-Hee est la grande figure politique des années 60 et 70 en Corée du Sud: arrivé au pouvoir en 1961, il a été le moteur de l'industrialisation à marche forcée du pays, mais il a aussi bâillonné tout début d'opposition.

Sa fille est la candidate du parti au pouvoir pour les élections présidentielles du 19 décembre. (afp)

Ton opinion