Actualisé 13.11.2011 à 17:28

Bahreïn Une cellule planifiait des attentats

Cinq personnes ont été arrêtées au Bahreïn en raison de possibles attentats qu'ils préparaient.

Le ministère de l'Intérieur de Bahreïn a annoncé samedi l'arrestation de cinq Bahreïnis qui planifiaient, selon lui, des attentats dans ce petit royaume. La tension persiste depuis la répression en mars d'un mouvement de contestation animé par des chiites.

Le porte-parole du ministère a laissé entendre que la cellule avait des ramifications en Syrie et en Iran. Ce dernier pays est en très mauvais termes avec Manama depuis la répression, par la dynastie sunnite de l'émirat, de manifestations antigouvernementales de la population majoritairement chiite.

Quatre membres du groupe ont été arrêtés et remis à Manama par les autorités du Qatar, un pays voisin, et le cinquième a été interpellé à Bahreïn, a précisé le général Hassen. Le porte-parole du ministère a indiqué que l'ambassade d'Arabie saoudite et un pont- digue reliant Bahreïn au royaume saoudien figuraient parmi les cibles du groupe.

Les quatre suspects arrêtés au Qatar ont avoué que leurs cibles «étaient le pont du roi Fahd, le siège du ministère de l'Intérieur, l'ambassade d'Arabie saoudite et des individus», a déclaré le général samedi lors d'une conférence de presse à Manama.

Le pont-digue relie depuis 1986 Bahreïn à la province orientale d'Arabie saoudite, royaume à majorité sunnite.

Matériel saisi

Lors de leur arrestation au Qatar à bord d'une voiture en provenance d'Arabie saoudite, les autorités de Doha ont saisi «des documents et un ordinateur muni d'informations d'ordre sécuritaire, des détails sur certains sites vitaux», a-t-il expliqué. Ont été également saisies, selon le général Hassen, des sommes d'argent.

«Ils ont avoué avoir quitté Bahreïn illégalement à l'instigation d'autres (parties) pour se rendre en Iran, en transitant par le Qatar et la Syrie, afin de créer une organisation pour commettre des actes terroristes armés à Bahreïn», a ajouté le porte-parole, dont les propos ont été rapportés par l'agence bahreïnie Bna.

Vives tensions

Bahreïn a étouffé mi-mars, avec le soutien militaire de l'Arabie saoudite, un mouvement de contestation lancé mi-février et animé par les chiites, majoritaires dans le pays, faisant une trentaine de morts.

Une commission d'enquête indépendante doit présenter le 23 novembre un rapport sur ces violences, alors que dans le même temps, des dizaines de responsables de l'opposition et manifestants sont actuellement jugés, et souvent condamnés à de lourdes peines.

(ats/afp)

Terroristes liés à l'Iran

La cellule de cinq membres qui préparait des attentats à Bahreïn et dont ce pays du Golfe a annoncé le démantèlement samedi appartenait à une organisation «terroriste» liée à l'Iran, selon un porte-parole du parquet cité par l'agence officielle Bna.

Les cinq suspects sont accusés d'appartenance à une «organisation terroriste» et d'intelligence avec un pays étranger, a déclaré le porte-parole, ajoutant que les membres du groupe devaient être «envoyés en Iran pour recevoir une formation militaire».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!