Actualisé 01.02.2011 à 15:24

CanadaUne centaine de huskis salement exécutés

La police enquête sur l'extermination brutale d'une centaine de chiens husky qui avaient servi pendant les JO d'hiver de Vancouver à promener des touristes sur des traîneaux.

Les chiens devenus chômeurs auraient été tués les uns après les autres pendant deux jours, par un ouvrier utilisant un fusil et un couteau. Selon des témoignages, certains chiens qui n'étaient que blessés seraient parvenus à sortir d'une fosse commune.

La raison du massacre, dans la station de ski de Whistler, serait purement économique, selon les médias locaux. Deux sociétés ayant vendu des promenades en traîneaux à chiens, Outdoor Adventures et Howling Dogs, n'avaient plus besoin d'eux, la demande ayant chuté après les Jeux.

«Nous avons ouvert un dossier et désigné un enquêteur», a déclaré à l'AFP le sergent Steve LeClair, en soulignant que la police collaborait avec la Société pour la prévention de la cruauté contre les animaux (SPCA).

Pas une exécution propre

L'affaire a été révélée par l'ouvrier ayant tué les chiens qui a demandé et obtenu des dommages-intérêts d'une caisse provinciale pour le stress subi.

L'avocat de l'ouvrier, Corey Steinberg, a déclaré sur une station de radio de Vancouver, CKNW, que «ce n'était pas une exécution propre, avec une seule balle». «Inévitablement, il (l'ouvrier) a fini par voir quelques scènes horribles et, par devoir, a dû y mettre fin», a-t-il dit.

Outdoor Adventures n'a pu être joint par l'AFP. La radio CKNW a indiqué que la société ne niait pas les faits et qu'elle avait même corrigé, à la hausse, le nombre d'animaux tués, le faisant passer de 70 à 100.

Selon la loi canadienne, une personne qui tue ou blesse un animal risque une peine maximale de cinq ans de prison. Faire supprimer un chien par un vétérinaire coûte environ 100 dollars canadiens (autant de dollars américains). Beaucoup de vétérinaires refusent de tuer des animaux en bonne santé. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!