GB: Une clinique met un ovule en concours

Actualisé

GBUne clinique met un ovule en concours

La clinique de fertilité britannique Bridge Centre propose à ses clientes un concours avec un ovule à gagner, afin de promouvoir ses services qui permettent de sélectionner «le profil» d'un futur bébé, a indiqué l'établissement dimanche.

La gagnante pourra choisir un ovule en fonction des caractéristiques raciales, du milieu d'origine ou de l'éducation de la donneuse, contournant de facto la législation britannique, indique l'hebdomadaire britannique Sunday Times dimanche.

Les femmes intéressées par une insémination in vitro d'un ovule d'une donneuse américaine sélectionnée sont invitée à se rendre à un séminaire à Londres organisé par la clinique américaine GIVF de Fairfax en Virginie, partenaire du Bridge Centre.

«Une participante au séminaire (...) du mercredi 17 mars recevra un traitement gratuit pour l'insémination d'un ovule de donneuse», indique la clinique britannique sur son site internet.

La gagnante bénéficiera d'une fécondation aux Etats-Unis, d'une valeur de 13.000 livres (14.300 euros), a confirmé la clinique à l'AFP.

La vente pour le profit d'ovules est interdite en Grande-Bretagne, ce qui rend les dons très rares. Les donneuses doivent par ailleurs pouvoir être identifiées et contactées quand l'enfant issu de leur ovule atteint 18 ans.

La loi américaine permet en revanche aux femmes de vendre leurs ovules, ce qui peut leur rapporter jusqu'à 10.000 dollars si leurs caractéristiques sont jugées bonnes.

Les ovules sont fournis à la clinique américaine GIVF par des donneuses américaines entre 19 et 32 ans, qui ont toutes eu une éducation supérieure. Les fumeuses et les femmes ayant des problèmes de poids ne sont pas admises.

«Il est beaucoup plus difficile de trouver des donneuses en Grande-Bretagne à cause de la politique en vigueur», a expliqué à l'AFP Michael Summers, médecin spécialiste de la fertilité au Bridge Centre.

M. Summers a souligné que le don de sperme se pratiquait depuis longtemps sans aucune objection «parce qu'il est beaucoup plus facile de produire un échantillon».

En revanche, les donneuses doivent subir un traitement lourd pour que leurs ovaires produisent une dizaine d'ovules au lieu de l'ovule unique produit chaque mois naturellement. (afp)

Ton opinion