Suisse: Une colonie sur quatre a péri cet hiver
Actualisé

SuisseUne colonie sur quatre a péri cet hiver

Une colonie d'abeilles sur quatre a péri cet hiver ou ne peut pas produire de miel, selon l'organisation faîtière des sociétés suisses d'apiculture en collaboration avec le centre de recherche apicole d'Agroscope.

Ces pertes se situent dans la moyenne annuelle de ces dernières années.

Ces pertes se situent dans la moyenne annuelle de ces dernières années.

Les pertes survenues entre l'entrée en hivernage des colonies en octobre dernier et leur sortie en avril se sont élevées à environ 15%, écrit jeudi l'Agroscope. A cela s'ajoutent les colonies qui ont péri avant même l'entrée en hivernage (près de 5%) et celles qui sont trop faibles pour se développer en colonie de production (près de 9%), selon ce sondage réalisé auprès de plus de 1000 apiculteurs de Suisse et du Liechtenstein.

Aucune différence régionale n'a été relevée. Ces pertes se situent dans la norme des années précédentes, à l'exception de l'hiver 2011/2012, au cours duquel elles ont été exceptionnellement élevées.

Varroa

Deux raisons peuvent expliquer ces «chiffres quelque peu plus réjouissants»: d'une part, les conditions climatiques l'an dernier ont été peu favorables au développement des colonies, donc également à celui des acariens varroas. D'autre part, pour reconstituer le cheptel après les pertes de l'hiver précédent, les apiculteurs ont formé un grand nombre de jeunes colonies. Or, il s'agit d'une mesure de lutte efficace contre les varroas, explique l'Agroscope.

Les raisons de la mort des abeilles en hiver ne sont que partiellement élucidées. Il ne fait cependant aucun doute que le varroa et les virus qu'il propage jouent un rôle essentiel.

Mais il est difficile de s'en débarrasser. Les apiculteurs doivent éviter que les abeilles ne souffrent des mesures de lutte contre l'acarien. En outre, ils ne doivent utiliser aucune substance qui risque de contaminer le miel.

Densité de l'habitat

A part le varroa, d'autres facteurs menacent les abeilles: l'offre limitée en nourriture pendant certaines périodes de l'année, la densité croissante des constructions dans les régions agricoles et les sites naturels, ainsi que la pollution.

(ats)

Pas d'autres insecticides proscris

Le Conseil fédéral ne souhaite pas suspendre les autorisations d'utilisation de nouvelles substances nuisibles aux abeilles. Il a proposé au Parlement de rejeter une motion de la commission de la science du Conseil national. L'Office fédéral de l'agriculture a décidé de suivre la Commission européenne et de suspendre les autorisations de trois pesticides mortels pour les abeilles dans les cultures de maïs et de colza à partir de décembre 2013. Selon la commission, ce n'est pas suffisant: d'autres produits devraient subir le même sort et les cultures de tournesols devraient aussi entrer en ligne de compte.

Ton opinion