Actualisé 19.10.2009 à 17:24

Avions de combat

Une commission du National ne veut pas y renoncer

Pas question de renoncer de but en blanc à l'achat de nouveaux avions de combat: la proposition choc d'Ueli Maurer n'a pas convaincu la commission de la politique de sécurité du National.

Par 18 voix contre 8, cette dernière demande au Conseil fédéral de poursuivre la procédure d'évaluation en vue de remplacer les Tigers F-5.

Très amère d'avoir appris par la presse ce qui s'est tramé lors de la dernière séance du Conseil fédéral, la commission a pu s'expliquer avec le ministre de la défense. Ueli Maurer a confirmé avoir proposé au gouvernement du suspendre la procédure d'évaluation pour s'attaquer aux autres problèmes prioritaires qu'affrontent actuellement l'armée, a dit le président de la commission Bruno Zuppiger (UDC/ZH) lundi devant la presse.

Selon le conseiller fédéral, les moyens actuels ne suffisent plus pour remplir le mandat initialement conféré à Armée XXI. Il faudrait de 500 à 600 millions de francs de plus par an. Selon le socialiste lucernois Hans Widmer, le ministre de la défense aurait d'abord demandé à ses collègues du gouvernement d'accorder plus de moyens à l'armée. Devant leur refus, il aurait proposé de ne pas procéder actuellement à l'achat de nouveaux avions.

En 2015

D'après Bruno Zuppiger (UDC/ZH), Ueli Maurer souhaiterait relancer la machine en 2015, afin que la décision concernant l'acquisition puisse tomber vers 2017. La majorité de la commission a interprété les propositions du conseiller fédéral comme un «cri de détresse».

Par 18 voix contre 8, elle a donc décidé de demander au Conseil fédéral d'accorder à l'armée suffisamment de moyens financiers. Bruno Zuppiger s'est refusé à avancer un montant précis mais a souligné que l'armée accomplissait un mission centrale de l'Etat et que jamais le Parlement n'a raboté dans les budget militaires.

Pour le reste, la commission entend s'en tenir au calendrier prévu jusqu'ici. Pas question pour l'instant de discuter du nombre d'avions à acheter (de 33 au début, on ne parle désormais plus de que de 8 à 12 engins).

D'abord le rapport

L'évaluation de l'achat de nouveaux avions doit se poursuivre et une décision tomber après que le Conseil fédéral aura remis le nouveau rapport sur la politique de sécurité attendu pour fin 2009 - début 2010.

Celui-ci devra permettre de préciser la mission de l'armée et de fixer des priorités. Arrêter net la discussion sur de nouveaux avions de combat ne ferait qu'affaiblir l'armée face à la population, à l'étranger ainsi qu'à l'interne, a ajouté Bruno Zuppiger.

La minorité de gauche de la commission s'est au contraire félicitée des propositions d'Ueli Maurer. Elle s'est aussi retrouvée seule à défendre l'initiative populaire lancée par le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) pour contrer l'achat de nouveaux avions. Cet texte, qui demande un moratoire de 10 ans (jusqu'à fin 2019) sur toute nouvelle acquisition, a été rejeté par 17 voix contre 8.

Membre du GSsA et de la commission, Josef Lang (Verts/ZG) a reconnu que l'initiative perdrait toute raison d'être si Ueli Maurer obtenait gain de cause. Vu les rapport de force, il ne s'attend toutefois pas à ce que le Conseil fédéral et le Parlement repoussent la décision sur l'achat de nouveaux avions. Le peuple devrait donc être appelé à se prononcer sur l'initiative d'ici la fin 2010, selon lui. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!