Ouverture du marché postal: Une commission du National soutient la libéralisation
Actualisé

Ouverture du marché postalUne commission du National soutient la libéralisation

La baisse du monopole de la Poste sur les lettres de 100 à 50 grammes a aussi ses partisans.

Par 14 voix contre 11, la commission des télécommunications du National a refusé une motion demandant au gouvernement de renoncer à cette libéralisation, prévue pour juillet.

Le texte vient du Conseil des Etats, qui a exigé en décembre du Conseil fédéral qu'il fasse marche arrière. La majorité de la commission du Conseil national ne partage pas cette opinion, a-t-elle indiqué mercredi.

Pour elle, ce «petit pas» vers la libéralisation se justifie au vu du mouvement amorcé en Europe. Seule une ouverture totale du marché permettrait cependant à la grande majorité des consommateurs de bénéficier de prix avantageux et de meilleures prestations.

La minorité de la commission partage l'avis de la Chambre des cantons et regrette que le gouvernement décide d'abaisser la limite du monopole par voie d'ordonnance, sans passer par le Parlement. (ats)

Ton opinion