Genève: Une coordination pour le droit de manifester
Actualisé

GenèveUne coordination pour le droit de manifester

Plusieurs syndicats, partis et associations se sont regroupés pour lutter contre les «entraves à la liberté de réunion pacifique».

Des associations comme Climate Strike font partie de la coordination.

Des associations comme Climate Strike font partie de la coordination.

Keystone/Martial Trezzini

Plusieurs syndicats, des partis d'extrême gauche et plusieurs associations comme Solidarité Tattes ou Climate Strike Genève, ont annoncé mercredi la création d'une coordination genevoise pour le droit de manifester. Son but sera de lutter contre les entraves à la liberté de réunion pacifique.

Les membres de la coordination estiment que manifester à Genève devient de plus en plus difficile et périlleux d'un point de vue financier. Les organisateurs d'une manifestation peuvent en effet se voir désormais imposer des frais avant même que la manifestation n'ait lieu.

Ils sont aussi tenus de verser des émoluments pour toute demande d'autorisation parvenant aux services de l'Etat moins de 30 jours avant la date prévue de la manifestation, si le caractère urgent de cette dernière n'est pas démontré. Toute demande 48 heures avant l'événement se voit par ailleurs opposer un refus d'autorisation.

La coordination genevoise pour le droit de manifester a décidé de passer rapidement à l'action. Elle a ainsi déposé un recours auprès de la chambre administrative de Genève contre la décision de facturer des émoluments de 500 francs en lien avec une manifestation à la mémoire d'un jeune migrant qui s'était suicidé dans son foyer. (ats)

Ton opinion