Suisse: Une coupe massive proposée par l'UDC rejetée
Actualisé

SuisseUne coupe massive proposée par l'UDC rejetée

Le parti agrarien a voulu toucher au budget alloué à la culture pour la période 2016-2020, le National a dit non.

Pas question de couper à la hache l'argent destiné à la culture pour la période 2016-2020. Par 128 voix contre 65, le Conseil national a rejeté mardi une proposition de renvoi de l'UDC visant à réduire de 145,1 millions l'enveloppe de 1,12 milliard. Le Conseil des Etats avait déjà refusé en mars de l'amputer de 65,1 millions.

L'UDC, soutenue par quelques libéraux-radicaux, a dénoncé en vain une politique dispendieuse. Elle exigeait du Conseil fédéral qu'il revoie sa copie et qu'il plafonne les dépenses annuelles dans le domaine de la culture au niveau de 2014, soit à 976,7 millions de francs.

Le National ne l'a pas entendu de cette oreille. Le budget annuel devrait ainsi augmenter en moyenne de 3,4% par an par rapport à la période 2012-2015. L'enveloppe de 1,12 milliard est destinée à l'ensemble des domaines couverts par l'Office fédéral de la culture, Pro Helvetia et le Musée national suisse.

«La culture emploie 260'000 personnes»

Le cinéma se taille la part du lion, avec 253,9 millions. Pro Helvetia suit avec 210,9 millions pour cinq ans. «C'est trop», a critiqué en vain Felix Müri (UDC/LU), parlant de lobbyisme de la culture, alors que les finances fédérales sont dans le rouge.

La culture est bénéfique à l'économie, l'une et l'autre sont liées, a rétorqué Fathi Derder (PLR/VD). L'économie culturelle génère chaque année des dizaines de milliards de francs de chiffre d'affaires, a-t-il observé.

«C'est un des domaines les plus créatifs, qui fait partie d'un des pans les plus importants de notre pays. Il faut exploiter ce potentiel», a-t-il souligné. «La culture représente 3% du produit intérieur brut et emploie 260'000 personnes», a abondé le ministre de la culture Alain Berset.

Cohésion sociale

Pro Helvetia contribue au rayonnement de la Suisse sur la scène internationale, mais renforce également la cohésion nationale, a estimé Alain Berset. «Une telle coupe pourrait par exemple se traduire par l'absence de notre pays à la Biennale de Venise».

La politique culturelle ne se résume pas à une répartition des subventions, a-t-il ajuté. Le projet du Conseil fédéral se développe également autour de la création, de l'innovation artistique, ainsi que de la diversité culturelle, a expliqué Jean-François Steiert (PS/FR), au nom de la commission.

Or, selon Felix Müri, la culture doit rester une compétence cantonale et la Confédération n'a pas à s'en mêler. Non, a répondu le conseiller fédéral. Berne a pour rôle de garantir la coordination entre cantons, communes et institutions financières.

Soutien aux librairies refusé

Pour le reste, une enveloppe de 174,1 millions est prévue pour l'encouragement culturel (promotion de la littérature, de la traduction littéraire et de la lecture ou de distinctions).

La proposition de Mathias Reynard (PS/VS) d'allouer 1 million de francs en plus en faveur des librairies a été rejetée par 116 voix contre 72. Idem également pour la suggestion de la droite qui voulait au contraire réduire le budget de 37,6 millions.

Les écoles suisses à l'étranger bénéficieront de leur côté de 110,1 millions et le Musée national touchera 160,6 millions. Ils ont également tous les deux subi les attaques de la minorité, là aussi sans le succès escompté. (ats)

Rallonge pour les musées

Le conseil national a approuvé par 103 voix contre 89 d'allouer 3 millions de plus aux musées, collections et réseaux de tiers actifs dans la sauvegarde du patrimoine culturel, suivant ainsi les modifications apportées par le Conseil des Etats.

Ton opinion