Zurich: Une croix gammée gravée sur un arbre, la police enquête
Publié

ZurichUne croix gammée gravée sur un arbre, la police enquête

À Zurich, un homme a été filmé en train de graver une croix gammée sur un arbre. Selon la Fondation contre le racisme et l'antisémitisme, deux incidents similaires ont déjà eu lieu à Zurich ces dernières semaines.

1 / 4
Un passant a filmé la scène. «Mon collègue et moi avons été choqués et avons voulu confronter l'homme.»

Un passant a filmé la scène. «Mon collègue et moi avons été choqués et avons voulu confronter l'homme.»

Mais lorsqu’ils lui ont demandé ce qu'il avait contre les Juifs et pourquoi il faisait cela, les deux hommes n'ont reçu aucune réponse, raconte le passant agé de 30 ans. «Il semblait agressif et nous a juste dit de le laisser tranquille.»

Mais lorsqu’ils lui ont demandé ce qu'il avait contre les Juifs et pourquoi il faisait cela, les deux hommes n'ont reçu aucune réponse, raconte le passant agé de 30 ans. «Il semblait agressif et nous a juste dit de le laisser tranquille.»

Ce n'est que lorsque le trentenaire et d'autres passants ont menacé l'homme d'appeler la police qu'il est parti sur son scooter. «C'est alors que nous avons vu qu'il portait un sac à dos avec une croix gammée peinte dessus».

Ce n'est que lorsque le trentenaire et d'autres passants ont menacé l'homme d'appeler la police qu'il est parti sur son scooter. «C'est alors que nous avons vu qu'il portait un sac à dos avec une croix gammée peinte dessus».

Des photos et une courte vidéo montrent un homme en train de graver une croix gammée sur un arbre de la place Bellevue de Zurich. L'hebdomadaire juif «Tachles» a été le premier à en faire état. Un passant d’une trentaine d’années a filmé la scène.

«Mon collègue et moi avons été choqués et nous avons voulu interpeller l'homme.» Mais lorsqu’ils lui ont demandé ce qu’il avait contre les Juifs et pourquoi il faisait cela, les deux passants n'ont reçu aucune réponse, dit le trentenaire. «Il semblait agressif et nous a juste dit de le laisser tranquille.»

Ce n'est que lorsque le trentenaire et d'autres passants ont menacé l'homme d'appeler la police qu'il a pris la fuite sur son scooter. «C'est alors que nous avons vu qu'il portait un sac à dos avec une croix gammée peinte dessus.» Après cela, le passant a perdu de vue l'individu.

Plusieurs incidents en Suisse romande

La police municipale de Zurich précise que des clarifications sont en cours pour dommages à la propriété, ainsi que pour discrimination et incitation à la haine. «En outre, l'enquête pour identifier l’auteur de cet acte se poursuit», a déclaré le porte-parole Marc Surber.

«Nous avons connaissance de cet incident. Nous sommes choqués qu'une telle action se produise en plein jour dans un lieu aussi fréquenté», déclare Dina Wyler, directrice de la Fondation contre le racisme et l'antisémitisme (GRA). Elle appelle le public à la vigilance : «De tels graffitis et actes antisémites peuvent être signalés via notre outil de signalement sur le site web de la GRA ou directement par courriel.»

Dina Wyler estime encore fréquent les cas où des symboles antisémites tels que la croix gammée se retrouvent dans des lieux publics. «Cette année, il y a eu une forte augmentation avec plusieurs incidents en Suisse romande. A Zurich également; il y a déjà eu deux incidents ces dernières semaines où des croix gammées et des graffitis racistes ont été découverts dans des lieux ouverts au public.»

Pas punissable

Selon l'expert en droit pénal David Gibor, la simple utilisation d'une croix gammée n'est pas punissable en vertu de la loi suisse sur le racisme. «L'utilisation d'un tel symbole n'est punissable que si elle exprime une discrimination ou un dénigrement grave d'une personne ou d'un groupe de personnes sur la base, par exemple, d'une appartenance religieuse.» Le grattage des symboles nazis en tant que tel n'y répond pas encore.

En plus de la représentation du symbole, un acte criminel réel est nécessaire, tel qu'un appel à un traitement inégal du groupe ciblé ou une déclaration affirmant publiquement l'infériorité d'une personne ou d'un groupe en raison de sa religion ou de son ethnicité, souligne David Gibor.

(20 Minuten/fro)

Ton opinion