Hockey - Mondiaux: Une curieuse impression de déjà-vu
Actualisé

Hockey - MondiauxUne curieuse impression de déjà-vu

L'équipe de Suisse a peiné pour son entrée en lice au championnat du monde en Slovaquie. Cette victoire 1-0 après prolongation n'est pas sans éveiller certains souvenirs.

par
Grégory Beaud/Kosice

Le 24 avril 2009, l'équipe nationale sous l'égide de Ralph Krueger ouvrait «son» championnat du monde face à la France. Une victoire aisée devait lui tendre les bras mais, malgré l'ouverture de Martin Plüss, les Suisses ont souffert tant et plus pour s'imposer. «Je m'en souviens parfaitement, a remarqué Thibaut Monnet. On peut dire que c'était un peu le même genre de match, aujourd'hui.»

A l'époque, le gardien des «Bleus» Fabrice Lhenry avait fait face à 42 tirs, alors que Martin Gerber n'avait été alerté que 14 fois par les Français. Cette année, la différence est moins nette (35 tirs suisses à 29). «Mais nous avons eu des occasions de but, a enchaîné l'attaquant valaisan. On n'a pas joué la serrure non plus. Dans un match comme ça, le plus dur est souvent d'ouvrir la marque.» Comme un match de Coupe au football? «(Rires) Oui on peut dire ça comme ça.»

Au bout du compte, les attaquants ont été épaulé par un défenseur pour faire la différence. «On le connait, a rigolé Thibaut Monnet. Ca lui prend de temps en temps de faire des choses comme ça. Il a bien senti le coup. C'était une délivrance de voir le puck au fond.»

Malgré le point égaré, ce faux-départ pourrait ne pas être dommageable pour l'équipe de Suisse. Si la France participe au tour contre la relégation, ce résultat sera purement et simplement tracé en vue du tour intermédiaire. «Il ne faut pas réfléchir aussi loin, a précisé Thibaut Monnet. Nous devons désormais nous pencher sur la Biélorussie.» Sa deuxième rencontre, la Suisse la disputera dimanche (20h15) contre la nation de l'Est.

Steel Arena, Kosice. 2964 spectateurs. Arbitres: Partanen/Ronn (Fi), Semionov (Est)/Terho (Fi). But: 62e Vauclair 1-0. Pénalités: 6 x 2' contre la Suisse, 5 x 2' contre la France.

Suisse: Stephan; Diaz, Bezina; Du Bois, Seger; Furrer, Vauclair; Sbisa; Plüss, Rüthemann, Gardner; Ambühl, Monnet, Lötscher; Trachsler, Bieber, Moser; Stancescu, Lemm, Sprunger.

France: Huet; Auvitu, Besch; Bachet, Hecquefeuille; Moisand, Roussel; Janil; Meunier, Bellemarre, Treille; Fleury, Stéphane Da Costa, Desrosiers; Tardif, Gras, Teddy Da Costa; Henderson, Arrossamena, Raux; Romand.

Notes: la Suisse sans Manzato, Gerber, Rubin (surnuméraires), Déruns (blessé) ni Genoni (gardien remplaçant). La France sans Quemener (surnuméraire) ni Lhenry (gardien remplaçant). 42e, pause forcée en raison d'une panne d'électricité d'environ dix minutes.

La Suisse joue à se faire peur

Contre la France, l'équipe nationale a dû attendre la prolongation pour s'imposer 1-0. Un solo de Julien Vauclair a fait la différence pour donner un point supplémentaire à la troupe de Sean Simpson. «J'ai vu les deux défenseurs faire le pas de côté, cela m'a ouvert un espace dans lequel j'ai pu m'engouffrer.» Avant cette action de grande classe du défenseur jurassien, la sélection suisse s'était longuement cassé les dents sur l'équipe de France. Pire, Cristobal Huet et ses coéquipiers auraient pu être menés après une entame de match totalement ratée. Au finale, les Helvètes s'en sortent presque bien avec ces deux points.

Panne d'électricité à la Steel Arena

En début de troisième tiers-temps, l'écran lumineux s'est soudainement éteint. Juste après, c'est la totalité de l'enceinte qui a été plongée dans la pénombre. «De ma carrière, je n'avais jamais vu ça, s'est amusé Julien Vauclair. Plus ça durait et plus on avait peur que le match soit tout simplement arrêté.» Finalement, après neuf minutes, la lumière s'est rallumée. «Nous avons fait attention à rester concentrés, a précisé Thibaut Monnet. Il fallait rester calme. De toute façon, il n'y a pas grand chose d'autre à faire.»

Laurent Meunier (joueur de l'équipe de France): «Notre but était de tenir le plus longtemps possible afin de les faire douter. Je crois que nous y sommes parvenus. Ensuite je suis mitigé concernant cette défaite en prolongation. C'est positif d'avoir récolté un point, mais nous aurions pu prétendre à mieux.»

Ivo Rüthemann (joueur de l'équipe de Suisse): «Après un mauvais début de match, le troisième tiers-temps était tout de même meilleur. Avant cela, les Français ont simplement plus travaillé que nous. De notre côté, il n'y avait pas assez de mouvement avec le puck. Pas assez de vitesse.»

Julien Vauclair (joueur de l'équipe de Suisse): «Cela fait un certain temps que l'on parle de l'identité de la Suisse. On veut jouer avec de la vitesse et de l'intensité. C'est ce qui nous a manqué aujourd'hui. On a perdu beaucoup de pucks en zone neutre, mais il ne faut pas oublier que les Français on fait un excellent match.»

Ton opinion