Actualisé 15.01.2016 à 21:47

Echange d'information

Une délégation de cantons romands à Bruxelles

Accompagnés de représentants de l'économie, sept conseillers d'Etat de Suisse occidentale ont notamment évoqué la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse.

Sept conseillers d'Etat de Suisse occidentale étaient accompagnés de l'ambassadeur de la Suisse auprès de l'UE et de représentants des milieux économiques.

Sept conseillers d'Etat de Suisse occidentale étaient accompagnés de l'ambassadeur de la Suisse auprès de l'UE et de représentants des milieux économiques.

photo: Kein Anbieter/DR

La mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse a été l'un des points principaux évoqués par la Conférence des Gouvernements de Suisse occidentale (CGSO) jeudi et vendredi à Bruxelles. La délégation comprenait également les milieux économiques.

Les sept conseillers d'Etat (BE, FR, VD, VS, NE, GE, JU) avaient convié pour l'occasion onze représentants des organisations cantonales patronales et économiques au vu des enjeux liés au développement des relations avec l'Union européenne (UE).

Les échanges ont permis aux participants de se faire une meilleure idée des défis actuels en Europe, indique vendredi un communiqué de la CGSO. L'UE est non seulement soumise à un ralentissement conjoncturel, mais elle fait aussi face à une pression migratoire et sécuritaire sans précédent.

Lors des discussions, les membres de la délégation suisse ont naturellement abordé la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse, acceptée par le peuple en 2014, ainsi que la prochaine votation sur l'initiative UDC pour le renvoi effectif des criminels étrangers. Les représentants de l'UE ont exprimé leur inquiétude quant à d'éventuels changements unilatéraux imposés par la Suisse en matière de libre circulation.

Hasard du calendrier, la visite des cantons romands à Bruxelles a coïncidé avec celle du président de la Confédération Johann Schneider-Ammann qui avait rendez-vous avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Les membres de la délégation en ont profité pour faire part au conseiller fédéral de leurs préoccupations quant au développement des relations Suisse-UE.

Selon la CGSO, cette visite à Bruxelles permet d'informer en toute connaissance de cause la population. Les scrutins qui attendent la Suisse au cours des prochains mois exigent en effet une information aussi claire que possible, conclut le communiqué. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!