Décès à New York: Une des plus secrètes héritières meurt

Actualisé

Décès à New YorkUne des plus secrètes héritières meurt

L'une des femmes les plus riches des Etats-Unis est décédée à l'âge de 104 ans, dans la discrétion la plus totale.

Huguette Clark, l'une des plus secrètes héritières américaines, est décédée à 104 ans à New York, a-t-on appris jeudi. Elle fascinait tant par sa fortune que par sa vie recluse, ses demeures somptueuses inoccupées depuis plus d'un demi-siècle et une impressionnante collection de poupées françaises.

«La mort de Madame Clark est un événement triste pour tous ceux qui l'ont aimé et respecté au cours des années», a indiqué Micheal McKeon, porte-parole de l'avocat de Mme Clark, Wallace Bock, sans donner de détails sur le décès qui remonte à mardi.

«Elle est morte comme elle le souhaitait, dans la dignité et l'intimité. Nous entendons continuer à respecter son souhait de préserver son intimité», a-t-il ajouté.

Né en 1906 à Paris, Huguette Clark vivait depuis 22 ans retirée dans un hôpital de New York sous un nom d'emprunt, selon MSNBC. La chaîne de télévision lui a consacré plusieurs reportages et lui attribue la propriété d'au moins trois résidences de légende, dont l'une à Manhattan, toutes bien entretenues mais totalement inoccupées.

Brièvement mariée à William Gower à l'âge de 22 ans, sans enfant, elle s'était retirée après son divorce en 1930 pour vivre auprès de sa mère à Manhattan, ne fréquentant plus qu'une poignée d'amis.

La dernière photo d'elle remonte à son divorce où elle apparaît, en noir et blanc, vêtue d'une fourrure, d'un petit bibi années 30, collier de perles au cou, deux bracelets au poignet droit, serrant contre elle son sac à main.

Selon le «New York Times», la défunte était à la tête d'un patrimoine évalué à un demi-milliard de dollars, enjeu par avance d'une âpre bataille légale entre les membres de la famille Clark et l'avocat de la défunte.

Un 42 pièces à New York

Les premiers ont saisi la justice l'an dernier pour réclamer la nomination d'un administrateur, accusant Wallace Bock et ses comptables de manipuler la vieille dame et d'empêcher tout accès à elle. L'avocat a pour sa part démenti ces allégations, et notamment toute intention vouloir capter l'héritage pour son propre compte.

Huguette Clark avait hérité de son père qui avait fait fortune au 19e siècle dans les mines de cuivre et était sénateur. Elle possèdait, selon les médias, trois maisons, la plus chère à Santa Barbara sur la côte ouest en Californie, d'une valeur estimée à 100 millions de dollars et où elle n'avait plus mis pied depuis les années 1950.

Elle avait aussi un appartement de 42 pièces sur la 5e avenue à New York, là où elle conservait une collection de poupées françaises, ainsi qu'une magnifique propriété dans le Connecticut, mise en vente à 23 millions de dollars sur un site immobilier.

(ats/afp)

Ton opinion