24.09.2020 à 19:44

VaudUne deuxième vague de «CoronaQuest» déferle sur l’Europe

Ce jeu, voulu par le canton de Vaud pour accompagner les élèves lors de la rentrée du 11 mai, se développe avec un niveau supplémentaire, de nouvelles cartes, et onze langues.

de
Xavier Fernandez
1 / 8
Deux des nouvelles cartes du jeu: masque et nouveau foyer.

Deux des nouvelles cartes du jeu: masque et nouveau foyer.

Capture d’écran
La ligue master demande davantage de réflexion que les précédentes.

La ligue master demande davantage de réflexion que les précédentes.

Capture d’écran
Le journaliste ressemble étrangement à Darius Rochebin.

Le journaliste ressemble étrangement à Darius Rochebin.

Capture d’écran

Lors de son lancement, en mai dernier, personne n’aurait imaginé un tel engouement. Le jeu «CoronaQuest» avait simplement été imaginé comme un outil pédagogique destiné à accompagner les élèves vaudois lors de la rentrée qui a suivi le confinement. «On est aujourd’hui à plus de 340'000 parties jouées, majoritairement en Suisse, mais on voit que le jeu a aussi du succès en France, aux USA, en Grande Bretagne, au Portugal, en Espagne, ou en Allemagne. Et des enseignants roumains nous ont contactés. Ils ont traduit toutes les cartes. Nous avons donc une 11e langue à disposition», se réjouit Julien Schekter, responsable communication du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture du canton de Vaud.

Les développeurs, les Fribourgeois de DNA Studios, viennent également d’ajouter un quatrième niveau de difficulté, la ligue master. Celle-ci est arrivée avec son lot de nouvelles cartes à jouer, telles que: «le plan de relance», «le nouveau foyer», «le traçage» ou «Mutatus», un dangereux virus dont l’attaque augmente à chaque tour. «Les classes ont directement participé en créant «le masque», «la deuxième vague» ou encore «le journaliste». Ils ont même demandé que Darius Rochebin soit représenté sur la carte», explique Julien Schekter.

Il faut démoraliser le coronavirus

Dans «CoronaQuest», le joueur doit démoraliser le coronavirus, avant d’être démoralisé lui-même. Pour y parvenir, il devra abaisser les points de courage de son adversaire, à l’aide de personnages et de sorts, représentés par des cartes. Utilisé en classe, ce jeu permet non seulement de rappeler de manière ludique les gestes barrières, mais aussi d’aborder avec les élèves des sujets plus profonds comme la peur, la solitude ou les conflits familiaux.

Canton de Vaud

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
163 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

JEAN CULLE

25.09.2020 à 23:21

La bonne mère du vaudois qui écrivait aux genevois de rester au bout du lac et qu'il faut redonner Genève à la France

Hugo

25.09.2020 à 13:33

Il faudrait que les caisses de chômage traitent correctement les demandes RHT. C’est parfois du n’importe quoi. Les procédures mises en place sont grotesques. Pas de communication possible et ensuite des décisions opaques.

Aragornlesage

25.09.2020 à 09:24

Brain wash. Pitoyable !!!