Football: Une différence de taille
Actualisé

FootballUne différence de taille

Lausanne-Sport s'est logiquement incliné jeudi contre Thoune. Les Bernois continuent à rêver à une place européenne (1-3).

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger
La présence dun directeur sportif de la trempe dAndres Gerber se révèle précieuse pour le FC Thoune.

La présence dun directeur sportif de la trempe dAndres Gerber se révèle précieuse pour le FC Thoune.

Personne ne s'attendait au match de l'année. Du coup, personne n'a été déçu. Manifestement touchés par le caractère définitif qu'a pris leur relégation le week-end dernier, les Vaudois ont tenté de s'accrocher en s'appliquant. Malheureusement, les erreurs individuelles et le manque de repères en phase offensive ont vite enterré les espoirs lausannois de faire bonne figure.

Pourtant, si l'on compare les atouts du club vaudois avec ceux de son adversaire, peu de choses les distinguent. On trouve autant de qualités individuelles chez les joueurs de Marco Simone que chez ceux d'Urs Fischer. Financièrement, les budgets sont comparables. Et si l'on creuse un peu, on se souvient que les deux clubs ont, dans un passé récent, participé à la Coupe d'Europe. Au-delà des 27 points qui les séparent au classement, une caractéristique de taille les différencie: la direction sportive. Depuis plusieurs années, le LS a renoncé à investir dans un directeur sportif à temps plein. La présidence lausannoise a préféré faire confiance aux entraîneurs en place, leur offrant ainsi une double casquette.

A Thoune, par contre, Andres Gerber (41 ans) dirige le secteur sportif depuis 2009. L'ancien joueur du LS (entre 1998 et 2000) a mis sur pied un recrutement raisonnable, privilégiant la stabilité et l'intégration au groupe déjà en place. La recette semble payer, cela s'est encore vérifié hier à la Pontaise. Pas certain que cela soit toutefois suffisant pour ­inciter le Lausanne-Sport à revoir sa stratégie pour l'avenir.

Lâcher prise.

Le LS a été mené dès la 4e minute sur une réus­site de Marco Schneuwly. Son coéquipier Nikci a ensuite touché le poteau sur un tir lointain; Barroca était battu (17e). Venu de nulle part, Ravet a pu passer devant son défenseur pour éga­liser sur un centre de Feltscher (27e). La deuxième mi-temps à peine entamée, Christian ­Schneuwly a redonné deux longueurs d'avance à Thoune sur un tir dévié (49e). Les Bernois ont reculé, obtenant plusieurs occasions en contre. Nikci a ­tenté l'enchaînement amorti de la poitrine puis volée, mais n'a pas cadré sa frappe (63e).

Ils ont dit:

Andres Gerber (directeur sportif du FC Thoune) : Cela fait 4 ou 5 ans que le club est stable. Notre ligne est claire : pas de transferts aventureux, pas de folies avec les étrangers. La majorité de nos joueurs sont issus de la Challenge League. Mais tous se complètent bien sur le terrain, il n'y a pas de stars. On va encore rencontrer YB et Lucerne, nos adversaires pour un ticket européen. Mais eux auront la pression (sourire).

Dennis Hediger (milieu de terrain Thoune) : On savait que Lausanne n'allait pas se laisser faire, mais on est resté concentrés. Marquer tôt nous a fait du bien. On a essayer de chercher nos attaquants dans la profondeur et ça a plutôt bien fonctionné.

Henri Atamaniuk (entraîneur du LS) : On a vu une équipe qui est entrée sur le terrain pour se qualifier pour l'Europe, et une autre qui a joué sans âme, sans profonde conviction. Les paroles d'avant-match ne se sont pas concrétisées. Certains éléments, qui ont peut-être surjoué le reste de la saison, n'ont pas réussi à se sublimer encore.

Ton opinion