Actualisé

Crise de la presseUne dizaine de postes supprimés au «Temps»

La crise qui sévit dans le monde de la presse fait de nouvelles victimes: le quotidien «Le Temps» a annoncé lundi un plan de suppression de dix postes.

Cinq personnes seront licenciées et plusieurs autres verront leur temps de travail réduit.

«Tous les services sont concernés par ces mesures», a précisé le rédacteur en chef du journal Jean-Jacques Roth sur les ondes de la RSR. Interrogé par l'ATS, il a précisé que la moitié des dix équivalents plein-temps seront biffés grâce à des réductions volontaires du temps de travail.

«Un guichet a été ouvert il y a une dizaine de jours» afin de donner la possibilité aux collaborateurs de renoncer d'eux-mêmes à une partie de leurs heures, a poursuivi le rédacteur en chef. De nombreuses personnes ont répondu à l'appel, que ce soit par solidarité ou «parce que ça les arrangeait». Le nombre de réductions forcées du temps de travail a ainsi pu être divisé par deux.

Ces mesures de crise seront effectives dès le 1er octobre. Quant aux licenciements, ils devraient être achevés à la fin de l'année 2009. Un plan social a été négocié entre le personnel et la direction, a poursuivi M. Roth. Des indemnités de départ en fonction de l'ancienneté, ainsi qu'un soutien à la formation et une aide à la recherche d'emploi sont prévus.

Jean-Jacques Roth n'a pas souhaité s'exprimer sur les économies espérées grâce aux coupes. Interrogé sur une éventuelle seconde vague de mesures l'année prochaine, il a répondu que «tout est toujours à craindre», surtout à une époque où les revenus publicitaires sont au plus bas.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!