Agressions sexuelles: Une école catholique fermée en France
Actualisé

Agressions sexuellesUne école catholique fermée en France

Une soixantaine d'enfants ont été auditionnés dans un établissement où des élèves auraient été maltraités.

«Il ne s'agit pas d'éléments de dysfonctionnement, mais constitutifs d'infractions pénales: des mauvais traitements sur des enfants (violences, privations de repas, punitions à caractère corporel...) et des soupçons d'infractions de nature sexuelle», a précisé le procureur de Bourges. (Image d'archives)

«Il ne s'agit pas d'éléments de dysfonctionnement, mais constitutifs d'infractions pénales: des mauvais traitements sur des enfants (violences, privations de repas, punitions à caractère corporel...) et des soupçons d'infractions de nature sexuelle», a précisé le procureur de Bourges. (Image d'archives)

Une enquête judiciaire a été ouverte vendredi en France en raison de soupçons de maltraitance d'élèves et d'agressions sexuelles dans une école catholique du Cher, a annoncé le procureur de Bourges. Le site accueille 109 élèves.

Il a été fermé par arrêté jusqu'aux vacances d'été, a annoncé la préfecture vendredi soir. Une vaste opération de gendarmerie avait été lancée en matinée pour perquisitionner les locaux, situés à Presly. Une soixantaine d'enfants ont également été auditionnés.

«Des mauvais traitements sur des enfants»

L'opération a été décidée suite à des informations concernant cet établissement hors contrat, a indiqué le procureur. «Il ne s'agit pas d'éléments de dysfonctionnement, mais constitutifs d'infractions pénales: des mauvais traitements sur des enfants (violences, privations de repas, punitions à caractère corporel...) et des soupçons d'infractions de nature sexuelle», a-t-il précisé.

Le magistrat a également évoqué des soupçons de «travail dissimulé» et d'«infractions d'ordre économique et financier» ou d'«escroquerie».

Ouverte en 2010, cette école privée hors contrat accueille des élèves, du primaire au lycée, avec « l'Évangile » comme « ligne de conduite », comme précisé sur son site Internet. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion