Une école de foot juste pour les filles
Actualisé

Une école de foot juste pour les filles

GENEVE. La première
école réservée aux filles
vient d'ouvrir... avec dix
ans de retard sur la
Suisse alémanique.

«Moi aussi je veux jouer au foot!» revendique une fillette à l'entraînement de l'école inaugurée à la rentrée par le FC Signal Bernex-Confignon. «Les joueuses qui souhaitent pratiquer leur sport favori sont constamment refusées par les clubs locaux, explique l'entraîneur Salvatore Cassarà. «Le foot féminin peine a entrer dans les mœurs, renchérit Eric Séverac, le responsable de l'école. Dans le canton, on les regarde encore d'un mauvais œil.»

L'ouverture de la première école réservée aux filles de 5 à 8 ans démontre que les mentalités évoluent. Mais plutôt lentement. De l'autre côté de la Sarine, la gent féminine a en effet déjà mis son grappin sur le petit monde du ballon rond. Zurich compte près de 140 équipes uniquement composées de femmes. Alors qu'on n'en dénombre que onze à Genève. De son côté, l'Allemagne recense carrément un million de licenciées, contre seulement 350 au bout du lac. La demande est pourtant là. «Des plus en plus de filles veulent faire comme leur papa, observe Michael Silverman, responsable technique de la section féminine du FC Signal. Mais les structures manquent. Nous avons dix ans de retard par rapport à la Suisse alémanique», estime-t-il. Reste que pour sa saison initiale, l'école de foot se taille déjà un joli succès. Plus de trente jeunes filles chaussent leurs crampons chaque semaine.

Renaud Bournoud

Ton opinion