Berne: Une élue UDC demande le vote gratuit partout
Actualisé

BerneUne élue UDC demande le vote gratuit partout

Rebondissant sur une étude affirmant que le taux de participation serait plus haut si le vote était préaffranchi, une élue lucernoise demande que ce soit le cas dans tous les cantons.

par
rmf/ats
La motion se base sur une étude affirmant que le taux de participation serait plus haut si les votants n'avaient pas besoin d'affranchir leur enveloppe. La politicienne estime que c'est à la Confédération, à la Poste ou à un sponsor privé de pré-affranchir les envois.

La motion se base sur une étude affirmant que le taux de participation serait plus haut si les votants n'avaient pas besoin d'affranchir leur enveloppe. La politicienne estime que c'est à la Confédération, à la Poste ou à un sponsor privé de pré-affranchir les envois.

Keystone

Début septembre, une étude de l'Université de Fribourg affirmait que le prix du timbre pour affranchir son enveloppe de vote pesait sur le taux de participation. Selon les économistes responsables de la recherche, ce taux baisse de deux points lorsque le timbre doit être acheté, une baisse «statistiquement significative», estiment Mark Schelker et Marco Schneiter.

«Ces 2% peuvent faire la différence»

Rebondissant sur cette information, la Conseillère nationale Yvette Estermann (UDC/LU) presse donc le gouvernement d'agir, par le biais d'une motion, annonce la «Luzerner Zeitung». Elle demande que la Confédération finance elle-même l'envoi des bulletins de votes remplis, ou que la Poste assume ces coûts, ou mieux, qu'un sponsor privé s'en charge.

«Si on regarde à quel point les votations sont souvent serrées, 2% peuvent faire la différence», écrit la parlementaire. De plus, à l'ère des emails, peu de gens conservent encore des timbres à la maison, argumente-t-elle.

La motion UDC est soutenue de l'autre côté de l'échiquier politique, du côté des Verts lucernois par exemple. Le Conseiller national Louis Schlebert estime que la Poste, en tant que service public, doit reprendre à son compte ces coûts en tant que geste civique.

La Poste ne peut pas assumer ces coûts

«La Poste est une entreprise sans subventions, dont le mandat exige qu'elle soit rentable, rappelle Olivier Flüerer, porte-parole de la Poste. On ne peut pas nous demander de transporter le courrier et de payer ce transport nous même, aucune entreprise ne peut le faire. Et si on accepte pour les bulletins de vote, c'est une porte ouverte à d'autres courriers étatiques, par exemple une invitation à la fête communale.»

Quant à un soutien privé, le porte-parole juge que ce n'est pas à la Poste de décider qui doit payer pour ce transport. Il souligne toutefois que chaque année 18 millions d'envois sont acheminés par le géant jaune pour des votations, et que ce coût doit donc être compensé d'une façon ou d'une autre. Selon le gouvernement, le pré-affranchissement du vote par correspondance dépasserait le million de francs.

Neuf cantons pratiquent déjà la gratuité

Yvette Estermann avait déjà fait une intervention à ce sujet il y a quatre ans, prenant exemple sur les cantons où le vote par correspondance était gratuit, soit Zurich, Obwald, Glaris, Zoug, Bâle-Ville, Saint-Gall, Argovie, Genève et Appenzell Rhodes-Intérieures. Plusieurs communes ont également adopté le même système: c'est le canton qui paye alors pour pré-affranchir les enveloppes de vote.

Il serait certes possible en principe d'étendre cette gratuité à toute la Suisse, à condition de modifier la loi. Mais le gouvernement ne veut pas porter atteinte à l'autonomie financière des cantons et communes. Sur la base d'estimations, il situe le surcoût de cet affranchissement à forfait généralisé à plus d'un million de francs.

Ton opinion