Crèche de Peseux (NE): Une employée licenciée va aux prud'hommes
Actualisé

Crèche de Peseux (NE)Une employée licenciée va aux prud'hommes

Une des employées ayant dénoncé aux autorités cantonales neuchâteloises la directrice d'une crèche de Peseux (NE) a été licenciée. Elle compte contester cette décision auprès des prud'hommes.

La crèche de Peseux (NE) est au cœur de la tourmente.

La crèche de Peseux (NE) est au cœur de la tourmente.

«La lettre de licenciement est en date du 21 mars, jour de la conférence de presse des services de l'Etat rendant publique l'affaire», a indiqué à l'ats l'avocate de l'employée, Me Valérie Schweingruber, revenant sur une information de «L'Express» et de «L'Impartial».

Sur le point d'enclencher une procédure auprès des prud'hommes, l'avocate s'est refusée à indiquer comment l'employeur avait motivé le licenciement.

Pour mémoire, six employées ont dénoncé la directrice auprès des autorités cantonales. Elles n'ont pas déposé plainte pénale auprès du Ministère public. «Elles ne voulaient pas nuire et avaient également peur d'éventuelles représailles mettant en danger leur emploi», précise l'avocate.

C'est le service cantonal de protection de l'adulte et de la jeunesse (SPAJ) qui a dénoncé la directrice et une collaboratrice au Ministère public. Ces dernières ont toujours le statut de personnes aptes à apporter des renseignements.

Pas d'instruction pénale en l'état

«Pour le moment, il n'y a pas de raison d'ouvrir une instruction pénale», a dit à l'ats le procureur en charge du dossier Nicolas Feuz. Ce dernier attend le rapport de police. L'investigation policière se poursuit avec l'audition d'une dizaine de personnes.

De son côté, Me Schweingruber n'a pas accès au dossier, ses clientes ne s'étant pas jointes à la plainte du SPAJ, explique-t-elle. Elle ne dispose donc pas des éléments lui permettant de savoir si les faits sont suffisamment graves pour que la plainte soit requalifiée pour lésions corporelles au lieu de voies de fait.

Pour mémoire, le 21 mars, la directrice d'une crèche privée de Peseux a été dénoncée par les services de l'Etat pour des actes présumés de maltraitance sur des enfants de deux mois à quatre ans. Deux procédures ont été ouvertes, l'une administrative par le SPAJ, l'autre policière. (ats)

Ton opinion