Mexique: Une énorme fête trahit le chef d'un cartel
Actualisé

MexiqueUne énorme fête trahit le chef d'un cartel

Le chef du cartel dit de «La Familia» (La Famille), Nazario Moreno, abattu par la police la semaine dernière au Mexique, a été trahi par une fête gigantesque, selon le président mexicain.

Les membres du cartel de La Familia sont activement recherchés.

Les membres du cartel de La Familia sont activement recherchés.

Lors de cette fête, il avait invité «des centaines» de convives, a révélé mardi le président mexicain Felipe Calderon.

«Avec une certaine insolence, on organise une fête avec des centaines d'invités», et voilà qui permet à la police et aux militaires de porter «le coup le plus sévère jamais reçu par La Familia dans toute son histoire», a expliqué M. Calderon dans une interview à une radio.

Nazario Moreno a été tué dans des fusillades avec la police qui ont éclaté mercredi et jeudi derniers à Apatzingan, près de Morelia (ouest). Dix autres personnes sont mortes, dont un bébé de huit mois et une adolescente de 17 ans, victimes de balles perdues.

A Apatzingan, «tout le monde était au courant de la fête», a souligné M. Calderon.

Manifestation de soutien au cartel

Environ 500 personnes ont manifesté dimanche dans la ville en demandant aux autorités de ne pas s'en prendre à «La Familia» et de retirer les centaines de policiers fédéraux qui continuaient de surveiller les lieux.

Le corps de Moreno a été emporté par ses hommes dans leur fuite qu'ils avaient protégée en incendiant des barrages de voitures, autocars ou camions aux carrefours.

«La Familia», considérée comme le premier producteur mexicain de drogues synthétiques et classée parmi les sept grands cartels du Mexique, avait fait son apparition d'une manière spectaculaire en octobre 2006, quand des inconnus sont entrés dans un bar pour lancer cinq têtes humaines accompagnées d'un message sur une piste de danse.

La Familia défie les autorités

«La Familia» a lancé ensuite des défis au pouvoir fédéral, avec le premier attentat public de la part d'un cartel: deux grenades qui ont tué huit personnes dans la foule rassemblée à Morelia le 15 septembre 2008 pour la fête nationale. Et fin juillet 2009, elle a assassiné 16 policiers, dont 12 ont été retrouvés entassés au bord d'une route: une attaque sans précédent contre la police fédérale.

Au Mexique, la «guerre des cartels» pour le contrôle du trafic de drogue, entre règlements de comptes et affrontements des trafiquants avec les policiers ou les militaires, a fait officiellement 28.000 morts sous la présidence de M. Calderon, depuis décembre 2006. (afp)

Ton opinion