Zurich – Une entreprise augmente la prime de fin d’année des vaccinés
Publié

ZurichUne entreprise augmente la prime de fin d’année des vaccinés

Après les pouvoirs publics, le secteur privé exerce une pression pour pousser à la vaccination. Quitte à toucher, là aussi, au portemonnaie.

Augmenter la prime des vaccinés, ça passe; couper dans celles des non-vaccinés, ça ne passerait pas.

Augmenter la prime des vaccinés, ça passe; couper dans celles des non-vaccinés, ça ne passerait pas.

20min/Celia Nogler

Après l’exigence du certificat Covid dans certaines entreprises, l’augmentation des bonus. C’est ce qu’a décidé une entreprise du canton de Zurich, active dans la sécurité. «Le statut vaccinal est pris en compte lors du versement d’une prime de fin d’année», dit un courrier interne de la société. «Je trouve ça discriminatoire, mais personne n’ose rien dire», témoigne un des employés de l’entreprise.

Le patron rappelle pour sa part que la prime est une «gratification purement volontaire» et confirme avoir décidé que le statut vaccinal, en plus des performances professionnelles, sera pris en compte dans le calcul des bonus individuels.

Interrogé, un avocat explique que la pratique ne serait probablement pas cassée par un quelconque tribunal au motif d’une discrimination, qui ne peut être retenue que si des personnes sont victimes de pénalisations que d’autres n’ont pas. «Le fait de placer des employés dans une meilleure position que la normale ne constitue par contre pas une discrimination», dit-il. À l’inverse, retrancher une part du bonus aux non-vaccinés serait plus problématique.

Le voyage d’études s’éloigne

Des pressions se font également sentir dans certaines écoles professionnelles. Celle d’Uster (ZH) a décidé d’appliquer la règle des «2G» (guéri ou vacciné) pour les voyages d’études prévus au 1er semestre 2022. Cela signifie que les personnes qui ne sont pas vaccinées ou qui n’ont pas été infectées par le passé ne pourront pas y participer, même si elles passent un test de dépistage. Là aussi, des étudiants ont crié à la discrimination. Un avocat explique que, dans ce cas, la règle est probablement injustifiable, car les voyages d’études sont obligatoires et que les lois en vigueur ne permettent d’appliquer une règle des «2G» que pour des événements scolaires facultatifs.

(nk/pir/ywe)

Ton opinion

317 commentaires