Chine: Une escroquerie fumeuse derrière le «tram du futur»
Publié

ChineUne escroquerie fumeuse derrière le «tram du futur»

Présenté en août, le projet audacieux de transports publics qui enjambent le trafic routier dissimulerait en fait une arnaque financière sophistiquée.

par
arg

«Superbus», «parade aux bouchons», «tram du futur»… Des commentaires enthousiastes ont salué le baptême du Transit Elevated Bus (TEB). Le prototype du véhicule qui enjambe le trafic routier a été présenté il y a peu aux médias, à Qinhuangdao, près de Pékin.

Sur les réseaux sociaux, ce projet pour le moins original a eu un retentissement mondial. Pourtant, le concept ébauché dès 2010 suscite critiques et sarcasmes chez les ingénieurs. L'engin n'a pas une hauteur suffisante pour passer au dessus de camions ni même de certains 4x4; il empêche aussi les conducteurs qu'il enjambe de tourner et l'écartement de ses rails rend ses ­virages périlleux, entre autres problèmes de sécurité. Le TEB présenté n'a d'ailleurs pas roulé plus de quelques mètres.

Piège à investisseurs

Après la démonstration, les médias d'Etat chinois ont rapporté que les promoteurs du projet n'avaient reçu aucune autorisation officielle, raconte International Business Times. Quant à son ingénieur, un certain Song Youzhou, il n'aurait pas dépassé l'école primaire. Le TEB ne serait en réalité qu'un leurre élaboré par une firme financière louche, Hua Yingkailai, pour attirer des investisseurs, promettant au passage des ­intérêts de 12%. Elle aurait ­ainsi récolté 26 millions de francs. Toutefois, les doutes qui s'accumulent auraient poussé certains d'entre eux à réclamer leur mise.

Song a balayé les soupçons: «Etre entrepreneur, ce n'est pas seulement croire en soi, mais aussi être persévérant.» Selon la presse, pourtant, l'usine est déjà à l'abandon.

Ton opinion