Genève: Une étoile filante de la politique pillait une aînée

Actualisé

GenèveUne étoile filante de la politique pillait une aînée

La curatrice d'une vieille dame lui a volé près de 500'000 francs de 2003 à 2014. Elle risque la prison ferme.

par
Jérôme Faas
LEtat a rendu largent à la retraitée et le réclame maintenant à la prévenue.

LEtat a rendu largent à la retraitée et le réclame maintenant à la prévenue.

Keystone/Martin Ruetschi (keystone

Elle était blonde et sûre d'elle, elle comparaît brune avec des allures de fillette. Elle briguait la Cour des comptes lorsqu'elle était au PDC, puis le Conseil d'Etat au MCG, elle tente d'éviter la prison ferme. Des 488'000 francs qu'elle a volés de 2003 à 2014 à l'aînée isolée et alcoolique dont elle était la curatrice, elle peine à décrire précisément l'usage: bijoux, habits, coiffeur, manucure, palaces, voyages.

A quoi pensait-elle quand elle dépouillait sa pupille? «Je dois le faire. C'est pulsionnel. Il faut que j'achète.» Aujourd'hui elle regrette, admet tout, le martèle: ses actes étaient «insensés», «défiaient la raison». «Toute ma vie était n'importe quoi, je suis désolée.»

Elle jure que rien n'était prémédité, qu'un engrenage l'a emportée. Elle explique avoir toujours baigné dans l'argent, que sa grand-mère l'entretenait grassement avant qu'elle vole. Thérapeute et avocat insistent sur une enfance sans amour et une lourde infirmité héritée d'un accident.

«Il ne faut pas essayer de comprendre, juste assumer», rétorque le procureur Yves Bertossa. Il rappelle une lettre de l'accusée à sa pupille, lui annonçant la réduction de son argent de poche de 150 francs par mois pour cause de train de vie trop élevé. «Elle mérite cinq ans de détention», mais vu sa prise de conscience et surtout ses deux filles, il en réclame trois, chargeant le tribunal de fixer la partie ferme. La défense plaide le sursis complet. Verdict ce jour.

Son gros salaire ne l'a pas arrêtée

La prévenue a volé 488'000 fr. à sa pupille de 2003 à 2014. Au début, elle avait 26 ans et gagnait 45'000 fr. par an. Dès 2006, elle a obtenu de 110'000 fr. à 150'000 fr. annuels dans des banques et à l'Etat. Pour tromper, elle a falsifié les relevés bancaires de la victime dans les rapports remis au tribunal tutélaire. Elle s'est dénoncée alors que le compte était vide et qu'un gros créancier s'était réveillé.

Ton opinion