Actualisé 01.07.2020 à 09:03

Iran

Explosion meurtrière à Téhéran: quatre personnes ont été interrogées

La déflagration a soufflé un centre médical mardi soir et causé des dommages aux bâtiments alentours.

Dix-huit personnes sont mortes mardi soir dans une puissante explosion dans une clinique du nord de Téhéran, a rapporté l'agence de presse semi-officielle Isna, citant les services médicaux d'urgence.

L'explosion, qui a eu lieu au centre de santé de Sina Athar, a également causé des dommages aux bâtiments alentours et envoyé un panache d'épaisse fumée noire dans le ciel, a rapporté la télévision d'Etat.

«Une explosion a été signalée à 20H56 (18h26 en Suisse) suivie d'un incendie à la clinique Sina Athar», ont indiqué les secours dans un communiqué.

Pas de sabotage

La police iranienne «interroge quatre personnes» mercredi dans le cadre d'une enquête sur la puissante explosion qui a fait 19 morts mardi soir dans une clinique de Téhéran, selon le site officiel de la télévision d'Etat. «La police interroge quatre personnes et enquête sur elles», écrit Iribnews, le site internet de l'audiovisuel public, citant le général Hamid Hadavand, adjoint au chef de la police de la capitale.

Parmi ces personnes figurent le directeur général de la clinique Athar Sina et trois autres responsables de ce centre de santé du nord de Téhéran, détruit mardi soir par une violente explosion. Selon le dernier bilan des secours, 19 personnes, dont 15 femmes, ont été tuées dans ce drame.

Cité mercredi matin par l'agence Fars, le général Hossein Rahimi, chef de la police de Téhéran, a nié que l'accident ait pu être causé par un «sabotage». «Ce sont des rumeurs», a assuré l'officier, ajoutant que le drame était le résultat d'un «feu (s'étant déclaré) dans ce centre privé» de santé. L'origine du sinistre reste toutefois à déterminer et le président Hassan Rohani, dans un message de condoléances aux familles des victimes, a demandé aux «autorités concernées» de faire toute la lumière «sur la cause de l'accident».

Autre explosion la semaine dernière

Une autre explosion avait secoué la capitale iranienne dans la nuit de jeudi à vendredi. Un réservoir de gaz avait explosé dans le sud-est de Téhéran, dans le secteur de Parchin, près d'un site militaire inspecté en 2015 par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), selon le ministère iranien de la Défense.

L'explosion avait été provoquée par la fuite de réservoirs de gaz, avaient indiqué les autorités. Le site de Parchin a été inspecté par l'AIEA avant la signature d'un accord nucléaire international en 2015.

Le lieu était en particulier soupçonné d'avoir abrité des tests d'explosions conventionnelles applicables au nucléaire, ce que la République islamique avait alors démenti.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!