Portugal: Une falaise s'écroule sur une plage faisant au moins 5 morts
Actualisé

PortugalUne falaise s'écroule sur une plage faisant au moins 5 morts

Une falaise, signalée comme dangereuse, s'est partiellement effondrée vendredi sur une plage très fréquentée d'Algarve, dans le sud du Portugal.

Cet accident a fait au moins cinq morts, trois blessés et des disparus, selon un bilan des services de secours (Inem).

Le drame s'est produit à la mi-journée à une heure de grande affluence sur la plage Maria Luisa, située à quelques kilomètres du centre d'Albufeira, l'une des stations balnéaires les plus réputées du Portugal en été, très fréquentée par les touristes étrangers.

D'énormes blocs de roche se sont subitement écroulés, ensevelissant plusieurs personnes. Selon un vacancier, cité par l'agence portugaise Lusa, «les roches sont tombées sur la plage jusqu'à la mer, provoquant une grande panique».

Un autre témoin a raconté avoir «vu un gros nuage de poussière, suivi d'un bruit assourdissant». «On aurait dit un avion qui s'écrasait. Les gens ont commencé à crier», a déclaré Joaquim Ribeiro à Lusa.

Pelleteuses et bulldozers

Selon l'Inem, cinq personnes ont été tuées: un homme de 60 ans, victime d'un arrêt cardiaque, une femme de 38 ans, décédée des suites de ses blessures à l'hôpital et trois autres femmes, dont «deux de moins de 25 ans» et «une d'environ cinquante ans».

«La protection civile continue de retirer des victimes», précise le communiqué des services de secours.

Les opérations de secours, menées par plusieurs dizaines de pompiers et gendarmes, assistés de pelleteuses et bulldozers, ont été rendues très difficiles par la marée qui, pendant plusieurs heures dans l'après-midi, a recouvert la majeure partie de la plage.

Selon les images diffusées par les télévisions portugaises, des pelleteuses continuaient en fin d'après-midi de dégager des rochers tandis que des pompiers creusaient le sable à l'aide de pioches.

Des bulldozers ont également été acheminés sur place pour provoquer l'écroulement de la partie non affaissée de la falaise et éviter ainsi de nouveaux éboulements.

Danger connu des autorités

Selon le commandant Marques Pereira de la Capitainerie de Faro, le risque d'éboulement était connu des autorités et «avait été signalé par des panneaux». L'effondrement de la falaise «était prévisible», a-t-il déclaré à la presse, sans toutefois expliquer pourquoi la plage n'avait pas été interdite.

Les accès à la plage, située à quelques kilomètres du centre- ville, ont été coupés par les gendarmes. Un poste médical avancé et une cellule d'appui psychologique ont été mis en place.

Le président portugais Anibal Cavaco Silva, en vacances en Algarve, s'est immédiatement rendu sur place. Il a été rejoint par le Premier ministre José Socrates qui a annulé ses précédents engagements.

(ats)

Ton opinion