Yverdon-Les-Bains (VD): «Souvenirs trop vagues»: la famille est acquittée
Actualisé

Yverdon-Les-Bains (VD)«Souvenirs trop vagues»: la famille est acquittée

Accusés de contraintes et d'abus sexuels, le père et le frère d'une jeune femme ont été disculpés. Le Tribunal correctionnel a ainsi suivi le ministère public.

par
Frédéric Nejad Toulami
La Cour du Nord-vaudois a acquitté les trois accusés mercredi 11 décembre.

La Cour du Nord-vaudois a acquitté les trois accusés mercredi 11 décembre.

Keystone

Les juges sont convaincus que la plaignante a été traumatisée par les attouchements de son frère, tous deux alors enfants, et par le visionnage d'un film pornographique. Mais il leur semble invraisemblable que personne n'ait jamais rien remarqué, alors que les actes criminels évoqués par la plaignante auraient débuté quand celle-ci avait 4 ans et duré de longues années. «Ses souvenirs sont trop vagues et désincarnés», estime le tribunal, qui dit ne pouvoir exclure que la plaignante ait construit par la suite «de faux souvenirs».

La Cour du Nord-vaudois a ainsi acquitté les trois accusés mercredi 11 décembre. Les deux hommes étaient poursuivis par, respectivement, la fille et sœur pour viols (de la part du père), abus et contraintes sexuelles sur un enfant. Et la mère pour complicité car elle aurait laissé les faits litigieux se produire.

Des doutes qui profitent aux accusés

Lors de l'audience de mardi, le ministère public a décidé d'abandonner toutes les charges retenues contre le père, le frère et la mère de la jeune femme. Dans son réquisitoire, le procureur a admis être convaincu que quelque chose s'était bien déroulé dans la vie de la plaignante, lui causant un traumatisme, mais il s'est avoué incapable d'étayer ses accusations. Les grands doutes qui planent dans ce dossier profitent aux accusés.

La Cour retient que les divers actes condamnables que le frère avait admis sont prescrits respectivement depuis 2011 et 2017. Pour le reste, il a toujours contesté les faits.

Me Germond, avocate de l'accusatrice décrit la tristesse de sa cliente. «Elle se devait de dénoncer les faits et elle l'a fait. Elle doit à présent se reconstuire» Il n'est pas envisagé pour l'instant de faire appel.

Ton opinion