Publié

BerneUne fausse policière tente d'encaisser une amende

Une femme, affirmant être de la «police des chiens», a voulu amender une dame âgée parce que celle-ci ne tenait pas son toutou en laisse. Les forces de l'ordre assurent que l'inconnue n'est pas une des leurs.

par
Benjamin Lauener/ofu
1 / 4
Une Bernoise a récemment promené le chien de sa fille sans le tenir en laisse, ignorant ainsi le règlement en vigueur.

Une Bernoise a récemment promené le chien de sa fille sans le tenir en laisse, ignorant ainsi le règlement en vigueur.

Christian Holzer
Après un certain temps, une femme prétendant être de la «police des chiens» s'est approchée d'elle avant d'essayer d'encaisser une amende de 200 francs.

Après un certain temps, une femme prétendant être de la «police des chiens» s'est approchée d'elle avant d'essayer d'encaisser une amende de 200 francs.

Capture d'écran: maps.google.com
Or, comme la retraitée n'avait pas suffisemment d'argent sur elle, l'agent a finalement décidé de «fermer l'oeil pour cette fois».

Or, comme la retraitée n'avait pas suffisemment d'argent sur elle, l'agent a finalement décidé de «fermer l'oeil pour cette fois».

pixabay.com

Le parc situé dans le quartier bernois d'Elfenau est apprécié des promeneurs et des propriétaires de chien. La plupart du temps, les animaux ne se promènent pas librement, puisqu'une obligation de les tenir en laisse a été instaurée sur une grande partie du territoire.

Mais malgré le règlement en vigueur, K. R.*, une Bernoise d'un âge avancé, a décidé de n'en faire qu'à sa tête, il y a environ deux semaines. Elle a lâché le toutou de sa fille parce que celui-ci obéit parfaitement à ses ordres, rapporte mardi «20 Minuten».

200 francs d'amende

Après un certain temps passé dans le parc, une dame d'une cinquantaine d'années s'est assise à côté de la Bernoise et lui a dit de tenir le chien en laisse si elle ne voulait pas payer une amende de 200 francs. A la fin de la conversation, l'inconnue lui a dit qu'elle pouvait lui payer le montant directement en cash puisqu'elle appartient à la «Hundepolizei» (police des chiens).

Ce n'est qu'à ce moment-là que l'Alémanique a constaté que son interlocutrice portait une veste bleue avec des bandes réfléchissantes et l'inscription «Hundepolizei» sur le dos. Confuse, elle a expliqué ne pas avoir autant d'argent sur elle. La femme lui a alors répondu que ce n'était pas grave et qu'elle allait «fermer l'oeil pour cette fois».

«Police» et non «Polizei»

Arrivée à la maison, la retraitée s'est mise à chercher des informations sur le Net sur cette fameuse «Hundepolizei» bernoise. Or, ne trouvant rien à ce sujet, elle a appelé les forces de l'ordre cantonales... qui lui ont assuré qu'une telle unité n'avait jamais existé.

Contactée par nos confrères alémaniques, Jolanda Egger, du service de presse de la police cantonale, explique n'avoir connaissance d'aucun cas similaire dans la région. Elle précise par ailleurs que les uniformes des forces de l'ordre comportent le mot «Police» et non «Polizei».

* Nom connu de la rédaction

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!