Actualisé 25.12.2014 à 16:37

RomeUne Femen s'invite aux côtés de Jésus au Vatican

Une militante du groupe protestataire des «femen» est montée jeudi sur la crèche installée à la place Saint-Pierre au Vatican.

1 / 10
26.12 La militante «femen» qui avait tenté jeudi de dérober la statuette de l'enfant Jésus sur la place Saint-Pierre  était détenue vendredi au Vatican, et pourrait être jugée, pour «offense, actes obscènes dans un lieu public et vol», a-t-on indiqué vendredi au Vatican.

26.12 La militante «femen» qui avait tenté jeudi de dérober la statuette de l'enfant Jésus sur la place Saint-Pierre était détenue vendredi au Vatican, et pourrait être jugée, pour «offense, actes obscènes dans un lieu public et vol», a-t-on indiqué vendredi au Vatican.

Keystone/AP
25.12 Une militante du groupe protestataire des «femen» est montée jeudi sur la crèche installée à la place Saint-Pierre au Vatican.

25.12 Une militante du groupe protestataire des «femen» est montée jeudi sur la crèche installée à la place Saint-Pierre au Vatican.

AFP/Vincenzo Livieri
Elle a enlevé son tee-shirt et montré sa poitrine nue sur laquelle était écrit au feutre noir «God is woman» (Dieu est une femme).

Elle a enlevé son tee-shirt et montré sa poitrine nue sur laquelle était écrit au feutre noir «God is woman» (Dieu est une femme).

AFP/Vincenzo Livieri

La jeune femme a enlevé son tee-shirt et montré sa poitrine nue sur laquelle était écrit au feutre noir «God is woman» (Dieu est une femme), ont rapporté des témoins.

Après avoir escaladé les barrières métalliques, elle a été rapidement interpellée par la gendarmerie vaticane. L'incident est intervenu en début d'après-midi, bien après la bénédiction «Urbi et Orbi» du pape. Mais il y avait encore beaucoup de monde sur la place.

Ce n'est pas la première fois que des «femen» font de telles actions surprises au Vatican. Mais le lieu, la crèche, et le moment, la fête de Noël, étaient particulièrement choisis pour provoquer.

Le mouvement féminin des «femen» est né en Ukraine et s'est opposé par des actions seins-nus à l'ancien régime pro-Kremlin à Kiev, puis au président russe Vladimir Poutine et à l'Eglise orthodoxe. Il a essaimé en Europe, où il s'attaque aussi à l'Eglise catholique, qu'il accuse d'être rétrograde en matière de droits des femmes. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!