Fin de l'ère Olmert: Une femme à la tête du plus grand parti israélien
Actualisé

Fin de l'ère OlmertUne femme à la tête du plus grand parti israélien

La ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a été élue cheffe du parti majoritaire Kadima mercredi, a annoncé jeudi à l'aube la commission centrale électorale.

Tzipi Livni a été élue de justesse cheffe du parti Kadima (centre) mercredi en remplacement d'Ehud Olmert, a annoncé jeudi à l'aube la commission centrale électorale.

Elle compte seulement 431 voix d'avance sur son concurrent Shaul Mofaz.

La ministre des Affaires étrangères israélienne Tzipi Livni a obtenu 43,1% des suffrages exprimés contre 42% pour son rival le ministre des Transports Shaul Mofaz, considéré comme un faucon.

Cet écart est très inférieur à celui qu'avaient prévu les trois chaînes de télévision mercredi soir qui avaient fait d'un avantage de plus de 10 points pour Tzipi Livni. Pour être élu au premier tour, le vainqueur devait obtenir au moins 40% des suffrages exprimés.

Le résultat final est un soulagement pour Mme Livni, qui avait revendiqué sa victoire quelques heures plus tôt devant ses partisans.

Pas encore premier ministre

Tzipi Livni a ainsi franchi la première étape vers le pouvoir en prenant la direction du parti majoritaire à la place du premier ministre Ehud Olmert empêtré dans des affaires de corruption.

Ce succès n'assure toutefois pas sa nomination automatique au poste de premier ministre à la place de M. Olmert qui a annoncé son intention de démissionner après l'élection de son successeur à la direction du parti créé en 2005 par Ariel Sharon.

M. Olmert a été poussé vers la porte de sortie par sa mise en cause dans plusieurs affaires de corruption. Mais, même après sa démission, il restera à la tête d'un gouvernement de transition, le temps qu'un nouveau cabinet soit formé.

Selon la législation israélienne, Tzipi Livni doit être désignée par le président Shimon Peres dans les sept prochains jours pour mobiliser une majorité parlementaire et constituer un gouvernement.

Le Kadima ne disposant que d'un quart des sièges à la Knesset, Mme Livni devra composer avec le parti travailliste d'Ehud Barak sur sa gauche et les partis religieux sur sa droite.

Elle disposera d'un délai de 42 jours faute de quoi des élections anticipées pourraient avoir lieu dans les 90 jours. Si elle parvient à sceller une coalition de gouvernement, elle deviendra la première femme premier ministre en Israël depuis Golda Meir dans les années 1970.

«Mme Propre»

Mme Livni, qui se présente comme «Mme Propre», a promis de donner un nouveau souffle à un parti frappé par une série de scandales de corruption à sa direction.

La plupart des commentateurs ont estimé avant le vote que Shaul Mofaz avait plus de chance que Tzipi Livni de parvenir à former un gouvernement avec les partis membres de la majorité actuelle.

Mais, selon les sondages, le Kadima remporterait plus de mandats s'il était mené par Tzipi Livni en cas d'élections anticipées face au chef de l'opposition de droite Benjamin Netanyahu.

Un espoir pour les Palestiniens

Mercredi soir, le négociateur palestinien Saeb Erakat a exprimé l'espoir qu'avec la victoire de Tzipi Livni s'ouvriraient des négociations «sérieuses» alors qu'Israéliens et Palestiniens ont promis de tenter de parvenir à un accord de paix avant la fin de l'année.

«Nous espérons qu'il y aura des négociations sérieuses, sur tous les sujets», a déclaré M. Erakat à l'AFP.

«Nous espérons revenir à une situation stable, qu'il s'agisse d'un gouvernement d'union nationale ou d'élections anticipées», a poursuivi le responsable palestinien.

Mais Eli Yishaï, chef du parti religieux orthodoxes Shass, dont dépend le sort de la future coalition, a déjà posé une condition politique en affirmant que son parti n'entrerait pas dans un gouvernement qui fera des concessions aux Palestiniens sur Jérusalem, en référence à la partie orientale de la ville, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de leur futur Etat.

(ats)

Ton opinion