Une femme kamikaze fait 16 morts à Baqouba

Actualisé

Une femme kamikaze fait 16 morts à Baqouba

Au moins 16 personnes ont été tuées dimanche dans un attentat suicide commis par une femme dans le centre de Baqouba, au nord de Bagdad.

Une femme kamikaze a fait sauter dimanche sa charge explosive près de bâtiments officiels à Baqouba (60km au nord-est de Bagdad), entraînant au moins 15 personnes dans la mort et en blessant 40 autres, a annoncé la police irakienne.

L'auteur de l'attentat a fait exploser sa bombe devant une zone étroitement surveillée, comprenant le palais de justice, le bureau de poste et les bureaux du gouverneur de la province de Diyala, selon un policier. L'attaque a été perpétrée vers 13h locales, à un moment où un grand nombre de personnes venues chercher des documents officiels se trouvaient dans le complexe.

Un attentat à la voiture piégée commis dans le même secteur avait fait au moins 40 morts au mois d'avril.

Dimanche, la kamikaze avait apparemment caché une ceinture d'explosifs sous une robe noire traditionnellement portée par les Irakiennes. Selon la police, la kamikaze visait une patrouille de police qui se tenait à environ 200 mètres du complexe administratif, mais de nombreux civils se trouvaient à proximité.

Baqouba a été un bastion d'Al-Qaïda en Irak jusqu'à ce que des chefs tribaux de la région se joignent aux forces américaines pour lutter contre le réseau terroriste et enrayer les violences. Mais la ville et ses alentours ont été le théâtre d'une série d'attentats qui ont porté un coup aux récents progrès enregistrés en matière de sécurité.

Selon l'armée américaine, Al-Qaïda en Irak enrôle de plus en plus de femmes dans ses rangs, car elles réussissent plus facilement à contourner les dispositifs de sécurité.

Vingt-et-un attentats-suicide ont été commis par des femmes depuis le début de l'année en Irak contre huit en 2007, d'après les chiffres de l'armée américaine.

L'armée américaine a confirmé que l'auteur de l'attentat de dimanche était bien une femme, estimant le bilan à 14 morts, dont sept policiers et sept civils.

Parallèlement, dans le nord de l'Irak, la police a annoncé l'arrestation de six hommes soupçonnés d'être impliqués dans l'assassinat du chef de la tribu de Saddam Hussein. Cheikh Ali al-Nida, responsable de la tribu Albou Nasir et l'un de ses gardes ont été tués le 10 juin dans l'explosion d'une bombe posée dans leur véhicule à Takrit. Parmi les hommes appréhendés, figure le chauffeur égyptien d'Al-Nida. (ap)

Ton opinion