Tchétchénie: Une femme se fait exploser à un check-point
Actualisé

TchétchénieUne femme se fait exploser à un check-point

La capitale tchétchène a été le théâtre d'une explosion près d'un poste de police, samedi.

Une femme s'est fait exploser samedi sans faire de victimes près d'un poste de contrôle de la police en périphérie de Grozny, la capitale tchétchène, ont affirmé les autorités locales. «Une femme s'est fait exploser au moment où des fonctionnaires de police cherchaient à l'appréhender», a déclaré le Comité d'enquête de la République caucasienne russe de Tchétchénie.

Selon cette source, l'explosion a eu lieu en milieu d'après-midi près d'un poste de contrôle dans la partie nord-ouest de Grozny et n'a pas fait de victimes.

«Comportement inapproprié»

Des enquêteurs étaient présents sur place samedi soir afin d'identifier la femme, qui a trouvé la mort, et «de possibles organisateurs», a ajouté le Comité.

Le ministre tchétchène de l'Intérieur par intérim, Apti Alaoudinov, a affirmé que les policiers avaient demandé ses papiers d'identité à une «jeune femme» après avoir remarqué son «comportement inapproprié». Refusant d'obtempérer, elle s'est alors ruée vers eux.

«Un tir de sommation a été effectué à ce moment-là», juste avant l'explosion, a précisé Apti Alaoudinov, cité par les agences de presse russes.

Les affrontements armés et les attaques visant les autorités et les forces de l'ordre sont devenus de plus en plus rares en Tchétchénie, alors qu'ils restent assez fréquents au Daguestan, une petite république du Caucase russe voisine.

Main de fer

Fin août cependant, une série d'attaques revendiquées par le groupe djihadiste, Etat islamique a fait plusieurs blessés dans les rangs de la police tchétchène. Leurs auteurs, selon les autorités tchétchènes, étaient des jeunes dont le moins âgé avait 11 ans. En mai, quatre assaillants, deux policiers et un civil avaient été tués dans une attaque contre une église orthodoxe en plein centre de Grozny.

Dirigée d'une main de fer par Ramzan Kadyrov, la Tchétchénie a connu deux conflits meurtriers contre les forces fédérales russes dans les années 1990 et 2000.

Rébellion séparatiste

Après la première guerre (1994-1996), la rébellion séparatiste s'est progressivement islamisée et s'est étendue au-delà des frontières de cette république russe pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord.

Fin juin 2015, la rébellion armée islamiste dans le Caucase russe a prêté allégeance à l'organisation Etat islamique dont elle reste un vivier important de combattants dans les rangs des djihadistes en Syrie et en Irak. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion