Accusé de terrorisme: Une femme se venge de son ex-amant français
Actualisé

Accusé de terrorismeUne femme se venge de son ex-amant français

Pour faire payer leur rupture, une Américaine a utilisé les grands moyens contre son ex. Elle a appelé sa compagnie aérienne pour annoncer qu'il avait une bombe.

Une Américaine de 45 ans est accusée d'avoir appelé en septembre la compagnie aérienne United airlines pour signaler la présence à bord d'un de ses vols pour Paris d'un dangereux terroriste qui n'était autre que son ex-amant français dont elle voulait se venger.

Le procureur de Los Angeles «a engagé des poursuites criminelles contre Lizet Sariol pour dénonciation de crime imaginaire, et plus particulièrement pour avoir rapporté une menace terroriste imaginaire à United airlines», a indiqué la police fédérale, le FBI, dans un communiqué.

Bombe embarquée

Le 25 septembre, Lizet Sariol est accusée d'avoir appelé la compagnie aérienne pour les avertir que deux Français, Adnen Mansouri et Salim «Serge» Oumahdi, «constituaient une menace pour un vol qu'ils devaient prendre dans la journée» à Los Angeles pour rallier Paris, selon le communiqué.

Au cours de son appel, la quadragénaire aurait assuré à son interlocuteur qu'elle avait reçu un texto menaçant de l'un des deux Français et qu'elle supposait qu'ils allaient embarquer une bombe dans l'avion.

Les agents du FBI ont réussi à retrouver Adnen Mansouri et Salim Oumahdi juste avant leur départ pour l'aéroport. Les deux hommes leur ont expliqué qu'ils étaient en vacances en Californie depuis juillet et qu'au cours de cette période Adnen Mansouri avait eu une relation avec Lizet Sariol.

Ce dernier leur a expliqué qu'il avait mis un terme à cette relation la veille au soir et que la femme l'avait mal pris, menaçant les deux hommes de les dénoncer à la police, selon le communiqué du FBI.

M. Mansouri a pu montrer une texto que la femme lui avait envoyé et dans lequel elle disait: «j'ai déjà appelé une compagnie aérienne qui va vous traiter comme des terroristes».

Son but: la vengeance

Le FBI a ainsi pu rapidement déterminer que les deux hommes ne représentaient aucune menace. Interrogée à son tour mercredi, la femme a reconnu qu'elle avait appelé la compagnie aérienne dans le seul but de se venger.

Une caution de 20'000 dollars lui a été demandée. Elle risque une peine maximale de cinq ans de prison. (afp)

Ton opinion