Tunnel de la Vue-des-Alpes: «Une fermeture n'est pas à l'ordre du jour»
Actualisé

Tunnel de la Vue-des-Alpes«Une fermeture n'est pas à l'ordre du jour»

Le tunnel de la Vue-des-Alpes n'inquiète pas les spécialistes. Bien qu'il soit le moins bien noté des tunnels européens examinés par le TCS, il est considéré comme suffisamment sûr. Des travaux pour améliorer l'éclairage devraient bientôt être réalisés.

par
Nicolas Maradan et Didier Bender

«Le tunnel de la Vue-des-Alpes n'est pas la lanterne rouge européenne, mais il a obtenu la moins bonne note des treize tunnels examinés en Europe», modère Daniel Baumann, chef du projet au TCS pour les tests de tunnels.

Le tunnel de la Vue-des-Alpes a été inauguré en 1994, bien avant les accidents tragiques des tunnels du Mont-Blanc (1999, 39 morts) et du Gothard (2001, 11 morts). A l'époque de ces accidents, les problèmes de sécurité du tube neuchâtelois avaient été l'objet de nombreuses discussions.

«Ce tunnel n'est pas dangereux, mais les normes ont évolué en quinze ans, avance le coordinateur de l'étude. Aujourd'hui, il a néanmoins le niveau minimum de sécurité».

En février dernier, l'incendie d'une voiture dans le tunnel de la Vue-des-Alpes avait relancé le débat. Le conseiller d'Etat Verts Fernand Cuche avait même évoqué, à la TSR, l'éventualité d'une fermeture du tunnel. Tollé au conseiller communal de La Chaux-de-Fonds, qui fait alors bloc pour garantir son ouverture.

«Une fermeture n'est pas à l'ordre du jour», rassure mardi Daniel Baumann. D'ailleurs pour l'Etat de Neuchâtel, «le tunnel assure encore la sécurité de manière suffisante», comme le confirme Nicolas Merlotti, ingénieur cantonal de Neuchâtel, au site internet arcinfo.ch. «L'incident survenu en février a démontré que les mesures de sécurité fonctionnaient, rappelle Daniel Baumann. La fermeture du tunnel avait fonctionné, de même que l'évacuation rapide de la fumée.»

Eclairage bientôt remplacé

Le canton devrait prendre des mesures pour améliorer l'éclairage, encore cette année. «L'éclairage sera remplacé et le système de guidage optique amélioré avec des LED», indique Daniel Baumann. Il poursuit: «Il est dur de planifier des travaux car la gestion du tunnel pourrait bientôt passer dans les mains de la Confédération», explique Daniel Baumann.

Seuls quatre pays ont participé à l'étude. Bon nombre de pays dont les tunnels sont réputés dangereux ont refusé de prendre part à ces tests. «L'Italie, qui était montrée du doigt lors des dernières études, n'a pas accepté de se soumettre à l'exercice», rappelle Nicolas Merlotti, ingénieur au service des Ponts et chaussées du canton de Neuchâtel.

Ton opinion