Nouvelle-Calédonie: Une figure politique française assassinée
Actualisé

Nouvelle-CalédonieUne figure politique française assassinée

Le corps de Jean-Pierre Deteix a été retrouvé sans vie samedi matin.

Une photo du septuagénaire publiée sur son profil Facebook le 6 juillet 2015

Une photo du septuagénaire publiée sur son profil Facebook le 6 juillet 2015

photo: Kein Anbieter

En partie dénudé et le visage rendu méconnaissable par de nombreuses ecchymoses, le corps de Jean-Pierre Deteix a été retrouvé samedi matin, dissimulé sous des branchages près d'une plage du quartier de Nouville, à Nouméa a-t-on appris d'une source judiciaire locale.

Le parquet de Nouméa a confirmé lundi l'identité de la victime, compagnon de route des indépendantistes kanaks depuis près de 50 ans et militant actif de la Ligue des droits de l'homme de Nouvelle-Calédonie.

Sa disparition a provoqué de nombreuses réactions

Un crime politique ou crapuleux ?

Le septuagénaire, fut un proche du leader kanak Jean-Marie Tjibaou (assassiné en 1989), et était secrétaire de la section locale du parti socialiste. A ce titre, il était très impliqué dans le débat en cours dans l'île, en vue du référendum d'autodétermination, qui aura lieu au plus tard en 2018.

Deux suspects ont été placés en garde à vue lundi, a indiqué le parquet, selon lequel la piste crapuleuse serait privilégiée et l'assassinat n'aurait pas de lien avec les engagements politique de la victime.

Sa voiture, avec son téléphone portable à l'intérieur, a été retrouvée à plusieurs kilomètres du lieu de la découverte du cadavre, dans une commune périphérique de Nouméa.

Catholique de gauche, arrivé en Nouvelle-Calédonie dans les années 1970, M. Deteix était jusqu'à février dernier directeur de cabinet du vice-président de l'exécutif local. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion