Actualisé 28.05.2020 à 18:31

Bâle-CampagneUne fillette abusée se confie à une thérapeute, qui met 12 jours à agir

Une enfant de huit ans a confié à une pédopsychiatre être victime de graves sévices sexuels de la part de son père. Cette dernière n’a pas alerté les autorités malgré la gravité de la situation.

von
Lukas Hausendorf
Une fillette de 8 ans a vécu l’horreur durant des années. (image prétexte)

Une fillette de 8 ans a vécu l’horreur durant des années. (image prétexte)

Keystone

Les faits remontent au 22 avril. Ce jour-là, une fillette de huit ans confie à une médecin du service bâlois de psychiatrie pour enfants et adolescents qu’elle est victime de violences sexuelles de la part de son père depuis des années.

Dans un enregistrement audio, publié mercredi dans la «Basler Zeitung», la jeune fille décrit les faits avec clarté, laissant son interlocutrice sans voix. «Il m'attachait, m'embrassait et me transperçait avec son épée.» Le pédophile présumé aurait également menacé sa petite fille de mort si elle résistait au viol ou en parlait à qui que ce soit. Selon les dires de la petite, l’homme a, aussi loin qu’elle s’en souvient, toujours eu «des gestes effrayants». Elle a d’ailleurs rapporté que son géniteur avait un jour violé des moutons dans un pâturage et s’était adonné à ce qui ressemble à des rituels satanistes.

Poursuites pénales contre la thérapeute

Selon le quotidien bâlois, le service de psychiatrie a attendu douze jours avant d'informer l'autorité responsable de la protection des enfants et des adultes. La thérapeute a également mis le père de l'enfant au courant des graves accusations portées contre lui, mettant ainsi en péril la procédure pénale.

En effet, une perquisition effectuée par le parquet de Soleure n'aurait eu lieu que le 13 mai, laissant au pédophile présumé tout le temps pour détruire d’éventuelles preuves. Des poursuites pénales ont été engagées contre la thérapeute et son supérieur hiérarchique pour violation de leurs obligations officielles. La petite et sa mère sont en sécurité.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!